Magazine Culture

Ecrire, le risque

Publié le 26 août 2012 par Orlandoderudder

Madeleine Chapsal est décidément sagace:

Tous les écrivains sont des exilés, volontaires ou non.

Madeleine Chapsal: Oser écrire, 1993.

Même que ça fait mal! Surtout que:


Un écrivain, un poète en particulier, est quelqu'un qui travaille toute sa vie à faire de soi un être sans défense.

Madeleine Chapsal, Madeleine Chapsal, Oser écrire, 1993

La lecture aide, cependant:

Lire donne l'occasion d'aménager très tôt sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence. Aucun autre instrument éducatif, télévision, conférences, jeux, ne saurait la remplacer, car il n'y a que la lecture où l'on soit seul. Un enfant sachant tirer parti de sa solitude s'accommodera de tout.

Madeleine Chapsal: Oser écrire, 1993.

Françooise Lefèvre donne la solution:

Bouge pas, tais-toi, chiale pas.Ecris.

Françoise Lefèvre, Souliers d’automne, 2000.

Elle insiste:

Il n’est plus temps de dormir. Sors de ton sommeil. Laisse tes chimères. Ecris.

Françoise Lefèvre, Souliers d’automne, 2000.

Même si

Ecrire, c’est risquer un pas vers la mort.

Françoise Lefèvre, Souliers d’automne, 2000.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Orlandoderudder 295 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines