Magazine Concerts & Festivals

Beverly Jo Scott - Août en Eclats 2012, Soignies, le 25 août 2012

Publié le 25 août 2012 par Concerts-Review

Le mot de Jean-Michel Maes, santé Jean-Michel, Echevin de la Culture et, accessoirement, Président du Centre Culturel de Soignies: "ce samedi 25 août nous reviendra, pour la huitième année consécutive, le festival pluridisciplinaire '  Août en Eclats'...."

Après une rapide inspection du programme, cap sur le chef-lieu d'arrondissement, cité millénaire, qui, d'après certains historiens, vît naître Sàmo , devenu roi de Bohême vers 623.

15h 45', pas foule sur la Place Verte, sur laquelle le groupe local, Plastic Birds, s'est produit à 14h30'.

DSC00482.JPG

Une terrasse, une Jupiler, et 45' de patience, à 16h30'  Beverly Jo Scott est prévue sur ce même podium.

Salut, Didier, on s'en jette une, tu ne peux refuser.

DSC00517.JPG

DSC00522.JPG
Pile 16h30', arrivée du band de celle qui vint au monde en Alabama  par une belle journée ensoleillée au siècle précédent.

Des cracks:  le fidèle Thierry Rombaut à la basse ( Perry Rose, Bai Kamara Jr., Joe Higham..) - Slim Batteux aux keyboards ( un gars qui a tapoté pour Percy Sledge, Johnny, Alain Souchon, Paul Personne...) - encore  un requin aux drums, Yves Baibay ( Daniel Romeo, Urban Trad, Perry Rose, Maurane, Fugain...) - le pas maladroit, Fabricio Manzini, à la gratte ( Cannon Ball, un Supertramp tribute, Bernard Degavre, Sttellla, Plastic Bertrand...), sans oublier la merveilleuse Gaëlle Mievis aux backing vocals ( Sirius Plan).

La courte intro sans B J nous projette aussitôt du côté du Deep South , celui que chantent Lynyrd Skynyrd , les Allman Bros, Charlie Daniels, Marshall Tucker et autres fleurons d'un rock sudiste où la slide règne en maîtresse absolue, The Voice rapplique et la mean, mean woman attaque ' One shot shy'.

Tout va bien, elle tient une forme post-olympique,... things might get nasty... c'est sûr, ça va décoiffer sévère, déjà qu'Eole s'est levé du mauvais pied et nous secoue avec de sérieuses bourrasques.

Hello, Soignies, il y a du soleil, on va faire du bruit, you know, rock'n roll is good for your soul...feu: ' Light that torch' , un son bien gras et Mamie Scott en pleine séance d'aerobics à faire pâlir Jane Fonda.

Simone, une blonde qui n'a plus vingt ans depuis longtemps, trépigne, bat la cadence tout en écrasant ton 42 fillette, c'est pas grave, madame, ma tendre moitié refuse désormais de cirer mes pompes!

DSC00512.JPG

DSC00511.JPG

DSC00490.JPG
' My soul is on fire', wah wah klach rayban en démonstration, quant au timbre de la Yankee, aucun doute, er zit nog geeen sleet sur ses cordes vocales, elle demeure une des grandes voix blues de notre planète.

Un plongeon dans un lointain passé, l'album 'Mudcakes' et l'intemporel 'Magalie', le slowblues frémissements garantis.

Travail raffiné de Slim, riffs efficients du chauve et backings superbes de Gaëlle, great song!

B J agrippe une acoustique, encore plus fort que la précédente, la ballade  passionnée  ' Overwhelming desire'.

Retour au Southern rock, à la slide, 'Tolling'...tu montes avec moi sur le trampoline, Gaëlle.

Le Marsupilami et sa petite soeur bondissant en rythme, Miss Scott  va perdre, au minimum, 5 pounds après ce gig énergique.

Soignies, listen to me , ' I need a man' ( to love).

On va voir ce qu'on peut faire, il n'y plus grand chose au rayon, précisions s v p!

A real man..

Un petit, un gros, un gentil, un bien baraqué, un membré, un Chippendale, un nain?

All I wanna do is to hold him...

Un chien, c'est bon?

Thierry engage la suivante, menneke: ' Whisky Blues'.

 Baibay, inspiré par le pur malt, caresse caisses et toms , la guitare se fait lyrique, la voix chaude de  Beverly Jo glisse

DSC00516.JPG
sur ce blues éthylique en passant du vocable roman, à l'imagerie Emile Zola, à la phonologie traînante de l'American English.

 Un blues plus dirty que ce 'Whisky Blues' , ça n'existe pas.

Virage rock nerveux avec 'Rip the Sack' et coup d'oeil à l'horloge de la Collégiale Saint- Vincent, il reste à peine cinq minutes.

On quitte pas la scène, on vous balance le bis sans détour, c'est quoi encore, Fabrice?

' Tell Mama', madame!

Place au funk et au beau, mais bref, numéro de go go girls de BJ et Gaëlle, transformées en Ikettes.

Soignies, un problème de coeur, just tell mama Scott, c'est pas cher mais c'est pas remboursé par la mutuelle!

DSC00488.JPG

Great gig, as usual!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte