Magazine Culture

[anthologie permanente] Andrée Chedid et Paul de Roux

Par Florence Trocmé

L’été est le temps des rediffusions ! Poezibao revient donc sur ses pas et reprend les tout premiers temps de l’anthologie permanente. Elle s’appelait alors l’almanach poétique et a commencé à paraître le 1er janvier 2002 sur le site Zazieweb aujourd’hui disparu (ce qui fait que les poèmes choisis à l’époque ne sont plus accessibles).  
Les extraits étant très courts à l’époque, Poezibao en publiera deux chaque jour de cet été.  
(vendredi 22 mars 2002) / Andrée Chedid 
Poésie – réalité 
 
Rien n'est plus absurde que de faire planer la poésie au-delà de nos sols. Rien n'est plus injustifié que de parquer les poètes dans un enclos. 
Quand, tout au contraire, la poésie s'abouche et débouche sur la réalité. Quant, tout à l'opposé, les poètes pratiquent un corps-à-corps incessant avec la vie. 
Remettant sans cesse en question le monde et leur propre regard, ils transpercent les écrans, dénoncent l'écart entre le semblant et le réel, s'efforcent à une plénitude. 
« La vie du poète est un rêve perpétuel, écrivait Reverdy, un rêve de réalité. » 
Une réalité qui transgresse mots éculés, apparences, conforts et modes. Une réalité qui s'enracine dans le terreau du temps et de l'espace, sans se couper d'un mouvement sous-jacent – et partagé – porteur d'images et de pulsions novatrices. 
Cette réalité, c'est la vie même ! Si, parfois, son interprétation nous échappe, c'est ce réel – complexe, insaisissable – qui est le tissu de l'existence.  
Interrogé sur le sens de ses poèmes, Rimbaud répondait : « Ils veulent dire ce qu'ils disent littéralement et dans tous les sens. » 
Devant la faillite des croyances, la pénurie de l'espoir, il est urgent que soit la poésie. Elle ne console de rien, elle ne possède rien, sa loi n'est pas de marbre. 
Mais prenant et délivrant parole, elle multiplie nos vies. 
Andrée Chedid, Territoires du souffle, Flammarion 1999, p.145. 
• 
  
(samedi 23 mars 2002) / Paul de Roux 
Une brique 
 
Encore une infusion de soleil 
alors que tout est si noir dans l'âme 
las, souffrant et comme à bout. 
Alors mieux vaut peut-être ne rien faire 
rester comme une brique qui attend: 
les souffles de l'air sont sur elle de toutes parts 
le soleil parfois, et le froid aussi. 
Elle est seule dans son coin. 
Mais un jour le maçon, d'un seul coup 
lui trouvera sa place au sein du mur.  
Paul de Roux, Les Pas, l'Alphée 1984, page 10. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines