Magazine Conso

Jamais sans mon frigidaire

Par Middle

Jamais sans mon frigidaire

Notre totem de l'été

En vacances, il y a pire qu’une absence de wifi : l’absence de frigidaire.
Pour faire la jointure entre deux locations, nous avons testé la formule camping en version espagnole. Notre séjour sous toile aura duré quatre nuits, durée maximum à ne pas dépasser sous peine de se transformer en cloporte car la position debout est quasi impossible. Rien à redire sur la piscine ou sur les délicieux plats à emporter si ce n’est que nous nous sommes retrouvés sans frigidaire. Nos voisins nordiques avaient tous à portée de la main des glacières électriques intégrées dans des cuisines montées sur roues proches de la perfection. Mais, nous, Français imprévoyants, comment survivre sans frigo ? Impossible d’imaginer un petit-déjeuner au beurre rance et au jus d’orange tiède. Devant notre désarroi, le propriétaire du camping, a mis à notre disposition un vieux frigo qui ne manquait pas d’allure. Il est ainsi devenu notre totem, un signe extérieur de richesse. Pour récompenser la famille d’avoir enduré quatre nuits aux confins de l’inconfort, nous nous sommes offerts une nuit dans un Novotel. Plus encore que le lit moelleux, c’est le mini bar réfrigéré qui s’est avéré le plus réconfortant. Au milieu des sodas, nous y avons trouvé un peu de place pour enchâsser nos portions de Kiri et nos briquettes de jus de fruit nous permettant d’organiser un petit-déjeuner low-cost.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Middle 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte