Magazine Culture

L'été en apesanteur, de Kitsou Dubois et Fantazio

Publié le 02 septembre 2012 par Onarretetout

leteenapesanteurCe soir-là, j’ai vu deux spectacles en un. A moins qu’il faille y avoir vu un travail de cordes : celles où s’accrochent Pauline Barboux et Jeanne Ragu pour leur duo, celle de Claire Nouteau en solo, celle du diaboliste Jouni Ihalainen, cordes de la contrebasse de Fantazio ou même ses propres cordes vocales. Il y a de la légèreté, bien sûr, une absence de gravité.

Quand toutes les portes du théâtre se ferment, c’est comme si l’équipe du spectacle nous protégeait des menaces extérieures, pendant un temps défini par les usages. Et je ne peux croire un instant que le dérèglement puisse devenir ici la règle. Les interventions de Fantazio, pour farfelues qu’elles paraissent, sont bien construites et nous conduisent finalement à la réouverture des portes et des fenêtres. Avons-nous étouffé de toutes ces portes fermées ? Non, mais nous avons suspendu notre souffle en regardant le magnifique duo de cordes, le solo à la corde lisse, qu’il m’est très difficile de décrire sans faire référence à la vidéo de Kitsou Dubois présentant son expérience d’apesanteur. Tout semble ralenti, léger, nous soulève. Le jeu du diabolo semble, lui, parti pour durer une éternité jusqu’à ce que l’homme s’en défasse d’un geste brusque. Nous avons ri, nous avons fait silence. Nous avons retrouvé les questions à l’extérieur de la salle.

J'ai vu ce spectacle au Théâtre de la Cité Internationale, à Paris, dans le cadre de Paris Quartier d'Eté.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3950 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine