Magazine Culture

Moi, roi créateur de toute chose, je n'enseigne qu'à moi-même

Publié le 02 septembre 2012 par Anargala

Moi, roi créateur de toute chose, je n'enseigne qu'à moi-même
Ô grand être[1] !Moi, roi créateur de toute chose, je reste toujours caché.(...)Mon essence est secrète et n'est pas divulguée aux Bouddhas des trois temps qui demeurent en moi.Mon essence est secrète et n'est pas enseignée aux disciples assemblés devant moi.Mon essence est secrète et n'est pas révélée aux êtres des trois royaumes[2]que j'ai créés.Si mon essence n'était pas gardée secrète, si elle était divulguée,Alors les enseignants des trois Corps[3]n'émaneraient pas de moi.Si les enseignants des trois Corps n'émanaient pas de moi, lesPerfections des trois assemblées de disciples et les trois véhicules adaptés à ces trois assemblées ne se manifesteraient pas[4].Si ces perfections et ces véhicules ne se manifestaient pas,Personne ne réaliserait la (Présence) pure et parfaite[5]Ainsi que les trois joyaux :Bouddha, dharma et saṃgha.(...)Si ma compassion révélait mon essence aux êtres des trois royaumesQue j'ai créés, il n'y aurait nulle place pour les enseignements des trois enseignants...(...)C'est pourquoi moi,Roi créateur de toute chose,J'enseigne mon essence à moi-mêmeAprès l'avoir manifestée à moi-même.Moi, Roi créateur de toute chose,Je ne transmets pas mon enseignement à des assemblées de disciples,Au contraire de ce que font les enseignants qui sont émanés de moi.
Le Roi créateur de toute chose


[1]Ce "grand être" (mahāsattva) est le Roi créateur de toute chose. Il se révèle à lui-même, sans dualité.[2]Royaumes du désir, de la forme pure et du sans-forme.[3]Le Corps absolu, le Corps de parfaite jouissance et le Corps d'émanation magique.[4]Les cinq "perfections" sont l'enseignant, l'enseignement, l'assemblée de disciples, le lieu et le moment de l'enseignement. Les trois "véhicules" sont ici le petit véhicule, le grand véhicule et le véhicule des mantras secrets.[5]Bodhicitta. Désigne ici non pas la compassion universelle qui naît de la compréhension de la vacuité, mais l'essence de toute chose : la pure présence (pariśuddha-citta, vimala-saṃvid, vidyā, svayaṃbhū-jñāna).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anargala 10656 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine