Magazine Cinéma

Le transporteur

Publié le 03 septembre 2012 par Olivier Walmacq

Frank Martin est un ex-militaire reconverti dans le pilotage de brigands. Mais quand le colis se révèle humaine et que sa voiture explose, Frank en fait une affaire personnelle...

Affiche de 'Le Transporteur'

La critique transportée de Borat

Jason Statham peut dire merci à Luc Besson. Ancien plongeur, acteur chez Guy Ritchie, tocard dans The One; il devient réellement connu par Le transporteur, production du barbu qui a dépassé les frontières. Au point qu'on aura droit à deux suites et une série qui va bientôt passé à la télé (et qui pue sérieusement voir la bande-annonce pour les suicidaires, c'est encore pire que les films !).
Réalisé par Louis Leterrier (première réal après avoir travaillé sur Mission Cléopatre) et Corey Yuen (dont je vous avais déjà parlé de son dernier chef d'oeuvre Dead Or Alive); ce film met également en scène Shu Qi, Matt Schulze (tout droit sorti de Fast and Furious), François Berléand et Ric Young.
Par ailleurs, il est amusant de voir que sur les fiches film c'est toujours Yuen qui est cité, alors que c'est Leterrier que l'on voit dans tous les bonus du DVD (oui je l'ai vu ainsi comme quelques autres bessoneries)! Encore une fois, voici une production Besson plus "intéressante" que d'habitude. Un nanar de bonne facture donc. Ce serait franchement dégueulasse de le mettre au même rang qu'un Yamakasi. Comme pour Le baiser mortel du dragon, le film comporte d'excellentes bastons qui font qu'on adhère un minimum à la chose.

Le Transporteur

Ainsi, Statham a l'occasion de montrer ses exploits physiques car en plus de maîtriser le plongeoir, le monsieur sait aussi foutre sur la gueule des gens.
Avec Corey Yuen comme co-réalisateur, autant dire que ça y va. La meilleure baston étant celle du coin à camion, où Statham se fighte notamment avec un grand noir qu'il ne tardera à se servir de bloc contre explosion (séquence légèrement inspiré de True Lies, le talent en moins bien évidemment). En sachant qu'on retiendra également l'entrée fracassante de Statham chez son patron d'un jour. A noter également dans un autre genre l'ouverture avec une poursuite montrant encore une fois toute la bêtise de la police française, qui plus est niçoise (bah oui, pas toujours les Marseillais et les Parisiens non mais). Et ce malgré les têtes d'harengs qu'on doit se taper en braqueurs du dimanche. Après, le film en lui-même, ben c'est du bof quoi. Nous suivons les aventures fort passionnantes de Frank Martin (ça c'est du bon nom français par excellence!), un ancien militaire qui pilote des gangsters.
Il a ses propres règles (fort fascinantes il est vrai à l'image de "Ne jamais ouvrir le colis") mais à la seconde mission qu'on voit, paf il les transgresse!

Le Transporteur

Et pour cause, notre coco tombe sur une jolie asiatique (évidemment, Shu Qi est loin d'être moche). Evidemment, le patron est au courant et fout en l'air sa magnifique BMW. Alors là, le Frank il n'est pas content du tout! Malgré une consolation de taille (une petite partie de jambes en l'air avec Shu Qi, ça rend plus calme), notre transporteur n'est pas content du tout. Parce qu'en plus, ils ont fait sauter la maison les salauds! Pendant ce temps, Berléand baragouine en anglais (certes il y a VF en France, mais quand on le voit parler en anglais dans le making of, quelle rigolade!) avec Statham.
Le final tant attendu est assez décevant avec un saut improbable en parachute typique d'un Besson qui essaye d'américaniser à mort ses productions. Ce qui donne évidemment un sensationalisme beauf surtout qu'on est à Nice. Pour cela, vaut mieux regarder le second et encore.
Statham s'en sort pas mal pour cogner mais niveau acting, il y a encore des efforts à faire. Il faut aussi avouer qu'il a toujours mal choisi ses films, tombant parfois sur des trucs beaufs.
Pourquoi je pense à Chaos ou Rogue? Quant à Shu QI, elle fait ce qu'elle peut. Schulze, lui, joue à fond dans le méchant cabottin.

Une nouvelle production nanarde qui doit beaucoup à ses cascades bien faites.

Note: 8/20

Note nanardesque: 16/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines