Magazine Culture

Morceaux choisis- Jacques Ancet

Par Claude_amstutz

06877aca.jpg

C'est dis-tu ce qu'on appelle le présent
ce qui toujours nous suit toujours nous précède
on voudrait dire cette chose sans corps
mais qui fume des corps
et ils flottent tournent comme des feuilles
qui un instant s'enflamment
brûlent puis s'éteignent et d'autres leur succèdent
dans l'immobile jaillir que nul ne voit
puisqu'il est dans nos yeux nos bouches nos gestes
qui le font être ce mouvement d'eau vive
lui donnent cette existence qu'il n'a pas
alors d'un bouquet d'éclairs naît la lumière
d'une grappe d'éclats la lenteur du jour
les images où nous croyons toucher la vie
la forme rassurante de chaque chose
ton visage et mon visage qui s'approchent
confondent dans la même ombre leur profil
tout ce qui dure le temps d'un bref regard
on l'habite peut-être une main se pose
on entend une phrase voilà la neige
ferme la porte et déjà on ne sait plus
quand ni où puisque cela n'a pas d'histoire
il y a seulement la même stupeur derrière la vitre
une blancheur sans mots
les pas qui se perdent sous le réverbère
sur le seuil la déchirure de l'espace
et la voix qui répète voilà la neige
et tout le paysage qui nous regarde
c'est tout cela qu'on voudrait dire
ce rien où toujours tout ne cesse de commencer
alors je dis je sais que c'est une image
tu me brûles
parce que c'est comme du feu entre nous
même si vraiment rien ne brûle
si c'est plutôt parfois comme la fraîcheur
avec ton rire d'un éclat d'eau
le clair de ton visage qui vient
et c'est encore ce qui nous recommence
nous fait remonter la pente du désastre
encore la vie au milieu de la mort
la pierre se délite le tronc pourrit
le corps se décompose et l'air reste seul en silence
comme pour veiller l'absence
et pourtant on marche au-devant du matin
comme si on ne devait jamais mourir
puisqu'on est là
les mouettes crient le froid fume
sur les lèvres les doigts touchent le métal d'une clé
la forme humide d'une rampe
comme si oui c'était la première fois
tu me brûles
il y a dans le petit jour
venue d'une porte entrouverte
une odeur de café frais
j'avance dans la lumière à ta rencontre
je traverse une rue
son fracas à cinq heures pour te rejoindre
j'ai toutes les raisons de désespérer
mais tu es là tu souris
bonjour dis-tu
 

Jacques Ancet, La brûlure (Lettres Vives, 2002)

image: meriamr.centerblog.net


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Morceaux choisis - Katherine Pancol

    Morceaux choisis Katherine Pancol

    Kay BartholdiLes Palmiers sauvagesFécamp Le 5 mai 1998. J'ai le coeur brisé, Jonathan... Et je ne suis pas sûre que les morceaux se soient recollés. Parce que... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Charles-Albert Cingria

    Morceaux choisis Charles-Albert Cingria

    C'est exquis un réveil et surtout de ne pas se lever parce qu'on a toujours froid, c'est-à-dire chaud dans une menace de froid si on exécute une révolution de s... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Philippe Jaccottet

    Morceaux choisis Philippe Jaccottet

    ... Je pourrais écrire une liste de prénoms et de noms comme on en trace sur des monuments de pierre ou de marbre après les guerres: note bien celui-ci, ne... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Graham Greene

    Morceaux choisis Graham Greene

    Le docteur ouvrit le tiroir de son bureau. A l'intérieur, il y avait une photographie de femme. Elle gisait là, dans l'attente, cachée aux regards étrangers,... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Sylvia Plath

    Morceaux choisis Sylvia Plath

    Combien de temps pourrai-je être un mur, protégeant du vent?Combien de temps pourrai-jeAtténuer le soleil de l'ombre de ma main,Intercepter les foudres bleues... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Erri de Luca

    Morceaux choisis Erri Luca

    J'ai beaucoup parlé seul. Soudain une phrase sortait de ma bouche. Je la disais à la maison qui attendait ma voix. J'ai vécu si longtemps à l'intérieur d'elle... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Thomas Sanchez

    Morceaux choisis Thomas Sanchez

    Tout est désormais noir et blanc dans mon atelier. Il est sans texture ni saturation. Je rampe continuellement vers toi dans ma peinture. Je raie, je barre, je... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Claude_amstutz 25354 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines