Magazine Cuisine

Jolie dégustation impromptue...

Par Eric Bernardin

001

Le vendredi soir avant mon départ de Brive, j'ai passé une soirée avec trois ami(e)s dans un bar à vins qu'ils fréquentent régulièrement : la Vinothèque. Ils ont bien raison, car la carte des vins est excellente et les prix plutôt doux. Les accompagnements relèvent plus de la "grignotterie" mais ils sont issus de bons produits. On passe donc un très beau moment.

Le premier vin servi, un blanc, a été choisi par le maître des lieux. Tout le monde part à l'aveugle. Au départ, j'hésite entre un vin de Loire et un Jurançon, car il est assez marqué par le coing, et pourvu d'une belle acidité. Mais avec l'aération, il prend des notes d'encaustique, de truffe, qui me fait partir définitivement dans les Pyrénées. En tout cas, un très beau vin, à la fois ample et vif, avec une matière charnue, gourmande et fraîche, et une sacrée persistance. J'aime vraiment beaucoup. Et c'est...

005

... un Jurançon sec 2009 du domaine de Souch (vous savez, celui d'Yvonne Hegoburu, l'adorable veuve de Mondovino). J'avais goûté leur sec à plusieurs reprises, mais jamais à ce niveau là. Jusque là, c'était surtout leur cuvée Marie Kattalin qui m'avait enthousiasmé par sa pureté cristalline.

Le deuxième vin, je l'ai choisi sur la carte sans dire à mes amis ce que contenait la carafe. Son nez sur le cuir, la prune et les épices les a vite orientés vers le Rhône, même si sa fraîcheur a pu un moment leur faire penser à un Loire. La souplesse de bouche, la finesse des tannins laisser plutôt supposer une dominante Grenache. On doit être du côté de Châteauneuf, non ? Presque...

006

C'est un vin de table, Les Rouliers, mais élaboré par un des producteurs mythiques de Chateauneuf du Pape : Henri Bonneau (le millésime 2009, de mémoire). Ce vin était une première pour nous tous, et c'est une belle découverte qui donne envie de découvrir le reste de la gamme de ce vigneron.

Le vin suivant, choisi par Julien, est une vraie bombe. Autant au nez qui évoque le cassis, le poivre, la viande séchée légèrement fumée, la garrigue... Que la bouche ample, sphérique, à la matière ample et généreuse, aux tannins denses mais parfaitement polis, d'une fraîcheur et d'un équilibre remarquable. Et je ne parle pas de la finale épicée et interminable. Je suis impressionné par cette perfection formelle. Aussi je soupçonne Julien d'avoir choisi l'un des joyaux de la carte des vins : la Grange des pères 2009.

009

C'est  bien lui. Il nous a fait un petit craquage, comme l'on dit de nos jours. Et il a sacrément bien fait : ça faisait longtemps que je ne m'étais pas autant régalé avec un rouge !

Pour conclure la soirée, une bulle. Un nez complexe, puissant, sur des notes florales et briochées. Une bouche droite, vineuse, avec une bulle présente mais pas arrogante. Une finale solide, avec une mâche calcaire. Ca pourrait être un champagne d'un (très) bon producteur. Et c'est en fait le Vouvray 2007 de Philippe Foreau. J'avais déjà beaucoup apprécié son 2002. Je vois qu'il continue sur la même veine.

Merci à tous pour cette belle soirée !

blog A boire et à manger   blog A boire et à manger  blog A boire et à manger  

Superbe ! J'ai goûté un jour un Grange des Pères et c'était BEAU ! Pour les Jurançon, j'adore les secs (domaine Lapeyre de Jean-Bernard Larrieu). Belle fin de passage à Brive !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eric Bernardin 4274 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine