Magazine Info Locale

V. Havel : Un lycée qui fera école

Publié le 03 septembre 2012 par Bordeaux7

V. Havel : Un lycée qui fera écoleVoir naître un nouveau lycée, ça n’arrive pas tous les jours. La dernière fois sur l’agglomération bordelaise, c’était il y a près de 20 ans. Alors hier, pour l’inauguration du lycée Vaclav Havel de Bègles, les élus locaux et représentants de l’Education nationale n’ont pas boudé leur plaisir. D’autant que cet établissement, qui porte le nom du grand intellectuel engagé (essayiste, dramaturge) et ancien président de la République Tchèque disparu en décembre 2011, n’est pas comme les autres. En revanche, il est fort possible qu’il préfigure les lycées de demain.


Lycée à énergie positive
«Vaisseau amiral» du nouveau quartier béglais de Terres Sud qui sera desservi par le tram début 2015, il est surtout le premier lycée de France à énergie positive. De sa conception à sa réalisation, tout à été pensé pour le rendre autonome en énergie, capable même de produire plus qu’il ne consomme :
conception bioclimatique (orientation, isolation), équipements techniques performants parfois innovants (comme des techniques de puits de lumière qui remplacent les éclairages de certaines salles), recours aux énergies renouvelables (panneaux solaires thermiques pour l’eau chaude sanitaire et photovoltaïques pour l’électricité, récupération des eaux de pluies, chaudière bois pour le chauffage... ). Pour le maire écologiste de Bègles Noël Mamère, la construction sur son territoire de cet établissement modèle est évidement motif à grande satisfaction. «Quand écologie et éducation s’associent, cela ne peut être que bénéfique pour les générations qui viennent. Ici les élèves vont s’habituer à promouvoir une société de sobriété écologique».


V. Havel : Un lycée qui fera école
Les «géants» du BTP critiqués
Peut-être plus fier encore, le président de la région Aquitaine Alain Rousset a profité de la cérémonie d’inauguration hier pour faire passer quelques messages. D’abord en faveur de la décentralisation. La région souhaite se voir confier la question de l’orientation des jeunes. «La région ne peut pas être uniquement le bâtisseur des lycées», estime-t-il. C’est en effet le conseil régional qui a la charge de construire et entretenir les lycées. Ce dernier-né, 154e lycée public aquitain, est donc son oeuvre. Il a coûté 60 millions d’euros (plus 2M€ pour l’équipement). Il a su séduire son «public», puisqu’au lieu des six classes de seconde initialement prévues il a fallu en ouvrir 12 pour répondre à la demande. «Nous l’avons construit avec les PME de la région, sans faire appel aux grands groupes du BTP. Nous avons prouvé que nous savons réaliser un objet aussi complexe sans avoir besoin d'aller chercher ces quelques géants qui tuent les PME de nos territoires». C’est Vinci, Eiffage ou Bouygues que vise Alain Rousset, qui n’a pas manqué l’occasion d’exprimer une nouvelle fois tout le mal qu’il pense des PPP (partenariats public-privé).
Décidément lancé dans une diatribe anti grands groupes, Alain Rousset s’en est aussi pris à l’opérateur téléphonique défaillant qui n’a pas raccordé le nouveau lycée à temps (SFR). «Chaque fois qu’on travaille avec un grand groupe on a des problèmes !» Car Vaclav Havel a beau être en avance sur son temps, hier matin il n’avait toujours pas le téléphone ! •
Sophie Lemaire (texte et photos)

V. Havel : Un lycée qui fera école

éé

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine