Magazine Conso

Crise ibérique

Par Middle

Crise ibérique

Des jambons en noir pour protester


Un périple estival en Espagne m’a permis de constater que nos voisins ont la crise discrète.
Dépenser un peu d’argent dans un pays en crise m’a donné le sentiment d’être un bon citoyen européen. Passer trois petites semaines en Espagne, c’est quand même plus digne que d’acheter une maison en Grèce en profitant cyniquement de l’écroulement de l’immobilier. Acheter quelques fringues à Barcelone, louer une chambres d’hôtel à Grenade ou à Cordoue, voilà de menues dépenses qui tomberont directement dans la cagnotte espagnole qu’on annonce bientôt vide. Même la tonitruante Catalogne en appelle à l’Europe. Et l’Andalousie vient juste de demander une aide à Madrid.
Fouler un pays en tongs, même en plein mois d’août, permet-il de déceler quelques indices de la crise ? D’abord les soldes, généralement très intéressantes, s’avèrent cette année délirantes. Mais, bien que l’Espagne ressemble désormais à une immense braderie, les magasins restent déserts. Ici et là, quelques bars affichent un avertissement : « Ici, on ne parle pas de la crise ». Certains restaurants proposent également un menu « anticrise ». Mais à voir, les tablées familiales qui, la fraîcheur revenue, envahissent les terrasses, on pourrait croire que la crise a épargné l’Espagne. Les tentes des indignés de Madrid ont levé le camp et c’est dans l’intimité, loin des routards du monde entier, que se vit la crise au jour le jour, comme en témoigne ce reportage. On retiendra donc qu’un touriste est tout, sauf un économiste.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Middle 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte