Magazine Cinéma

Hunger Games

Publié le 08 septembre 2012 par Olivier Walmacq

hunger_games_1_

REALISATION : GARY ROSS

ANNEE : 2010

GENRE : SCIENCE FICTION

L'HISTOIRE : AU 16 EME SIECLE, LE MONDE EST DEVENU UN ENDROIT APOCALYPTIQUE DIVISE EN DISTRICT ET L'AMERIQUE SE VOIT DESORMAIS NOMMEE LA REPUBLIQUE DE PANEM. LE PAYS EST DIRIGE PAR UN GOUVERNEMENT REPRESSIF QUI, POUR CONTROLER LE PEUPLE ET PARTICULIERMENT LA JEUNESSE, A CREE UN JEU TELEVISE APPELLE HUNGER GAMES OU S'AFFRONTENT CHAQUE ANNEE DEUX ENFANTS OU ADOLESCENTS DE CHAQUE DISTRICT.

L'Avis De Titi70 : Sur ce blog ont déja été évoqué les adaptations cinematographique de Twilight, mais, aujourd'hui, la saga vampirique autrefois préféré des adolescents à fait place à une autre saga, dont l'adaptation du premier tome sur grand écran nous est arrivé il y a quelques mois.

Hunger Games réunit Jennifer Laurence, Joey Hutchinson, Woody Harrelson, Donald Sutherland, Stanley Tucci et le chanteur Lenny Kravitz pour une histoire clairement inspiré de Battle Royal, le film que Kinji Fukasaku à réalisé dans les années 90.

Pour rappelle, le film japonais se déroulait dans un monde ou, pour controler la jeunesse de plus en plus turbulente du pays, les dirigeants avait créé un jeu télévisé ou etait séléctionné chaque année une classe differente. Les adolescents se retrouvait donc, à leurs insue, equipé d'un collier explosif attaché autour du cou et contraint de s'entretuer (pour le premier film) ou d'aller faire la guerre sur une ile (pour le second Battle Royale).

Dans la version américaine qui nous est offerte aujourd'hui, le monde est donc devenu un état dictatoriale après que la jeunesse se soit révolté et entrainé une véritable guerre.

Hunger Games

Dans la république de Panem (anciennement l'Amerique), le pays est maintenant divisé en district ou vivent des gens pauvres. Chaque années, le gouverment met en place un jeu télévisé appellé Hunger Games ou 1 garçon et 1 fille de chaques district sont séléctionné pour combattre et surtout survivre au milieu d'une foret filmé 24h/24.

Pour eviter que Primrose, sa jeune soeur qui vient d'ètre choisie, aille se faire tuer, Katniss Everdeen prend sa place et se retrouve confronté à la célébrité, l'amour et la competition avant que le jeu ne la plonge dans l'enfer de la lutte ou elle nous pourra compter que sur elle mème ainsi que sur son partenaire, une jeune garçon timide et peu sur de lui du nom de Peeta Mellark.

Ils devront notamment affronter le terrible Cato, jeune garçon extremement violent et qui à subi un entrainement intensif depuis son plus jeune age, et qui demeure une vraie machine à tuer.

Avec ce film, inutile d'attendre des scènes de combat intense, car, le réalisateur semble, à l'evidence, plus interressé par le fait de nous présenter des jeunes face à un monde qui les dépasse, en l'occurence la célébrité. En gros, durant plus de la moitié du métrage, le film se résume à des adolescents qui se font expliquer les rouages de la competion et du succès ("si tu veux gagner, il faut charmer les sponsor").

Hunger Games

L'oeuvre contient donc beaucoup de passages à vide et peu de séquence d'action (hormis lorsque le jeu commence et encore). Malgré le jeu habité de Jennifer Lawrence, il n'y a donc pas grand chose à signaler.

A vrai dire, la seul scène à peu près valable est l'attaque d'abeille génétiquement modifié lancé sur des participants au jeu. Ca ne fait donc pas beaucoup sur un peu plus de 2h de film.

Comme je le disais, il n'y a donc guère de passage d'action et, lorsque ça arrive, le réalisateur semble obligé de se la jouer Michael Bay à secouer sa caméra dans tout les sens, rendant ces passages actif quasiment illisible (je défie quiconque de m'expliquer précisément ce qui se passe lorsque le jeu commence vraiment).

Il y avait pourtant à faire avec un tel sujet, mais, encore fallait il faire le boulot correctement. C'est dont un film mauvais, un navet qui, en tout cas, ne risque pas de l'ombre au Battle Royal évoqué plus haut. En le second épisode s'annonce encore plus mauvais, vu que la realisation à été confié au "génial" Francis Lawrence (réalisateur de Constantine et Je suis Une Légende avec Will Smith). Autant dire que ça n'augure pas du meilleur pour cette saga naissante qui commence déja à sentir mauvais.

Encore une chose pour terminer, je m'en voudrais de ne pas citer les costumes et coiffures atroces ainsi que les prestations completement à coté de la plaque de Woody Harrelson en mentor alcoolique (il faut bien payer ses factures) ainsi que Donald Sutherland en méchant dirigeant (il faut bien assurer sa retraite). Quand à Lenny Kravitz, ceux qui veulent tenter ce film peuvent ètre rassuré, ici, il ne chante pas. Maigre consolation tout de mème.

Note : Mais, ça va pas bien, non ?

Note Naveteuse : 17/20

Hunger Games
Mon dieu Donald qu'est tu venu faire dans ce navet juste avant de mourir ?!
en fin je dis ça mais je l'ai pas vu mais rien que les pubs qui circulent et les commentaires que j'ai eu.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines