Magazine Cinéma

Documentaire : Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde

Par Plumesolidaire

 

  Mise à jour 18h45


Il faut toujours avoir de bons ennemis.


Qu'est ce qu'un bon ennemi ?


C'est un ennemi que vous désignez, ou que d'autres vous désignent et que vous adoptez parce qu'il vous convient, précisément parce que vous n'en avez pas.


Parce que au fond vous vivez très bien en réalité sans ennemi,et que vous n'en avez pas besoin.


S'inventer un ennemi vous donne le sentiment imaginaire d'exister, stimule votre désir d'en découdre à bon compte contre un objet bien spécifié.

Car la particularité du bon ennemi, c'est que vous ne pouvez justement pas vous battre contre lui.

C'est un ennemi virtuel dont les acteurs sont réels.

Nous regardons le contraire d'un docu fiction, d'un passé ou d'une fiction reconstruits avec des moyens réalistes. Nous participons à la reconstitution d'une réalité contemporaine devenue fiction.

Cette réalité est complexe, impériale, universelle, omni puissante et inssaisissable.

Le bon ennemi est lointain et inatteignable. Et naturellement il domine le monde, et évidemment il nous conduit à la catastrophe, et forcément il est tout puissant. Et par dessus tout, il agit sous le sceau du secret absolu. C'est la représentaton du totalitarisme en soi.


C'est donc l'ennemi idéal. Le Léviathan.


Un Léviathan peut être bien commode, pour justifier ce que nous sommes, plutôt ce que nous ne sommes pas, et que nous voudrions être et que nous ne parvenons que partiellement à devenir.


Alors le Léviathan magiquement, nous procure la sensation que, sans lui nous pourrions vivre mieux.


Mais si nous nous sommes construit un idéal, c'est bien parce que la réalité ne nous satisfait pas. Ce faisant, si notre idéal est notre horizon ultime, c'est aussi un réconfort, une piètre consolation.

Ainsi le bon ennemi, n'est-il pas l'ennemi mythifié qui dissimule notre mal être à nos propres yeux ?


L'ennemi idéal serait donc celui de notre propre idéal universellement verteux, qui renvoie à notre impuissance à le réaliser.


Mais ce système de pensée forclos - qui tourne en boucle sur lui-même - ne manifeste-t-il pas en fait notre incapacité à combattre ?

Pis, notre refus inconscient de combattre ?


Nos propres chimères d'abord, les ennemis réels ensuite ?


Tenez je vais vous faire un aveu : je m'étonne qu'auncune tentative d'assassinat ou d'attentat n'ait jamais eu lieu contre les Maîtres du monde. Je ne comprends pas, si ce documentaire est l'expression de la réalité, que cette banque perdure dans son fonctionnement et poursuive sa stratégie.


Je viens d'écrire cela. Mais, est-il permis sur un blog d'écrire qu'il y a des hommes qui ne méritent pas de vivre à nos côtés en raison de leur incommensurable génie de nuisance planétaire ? Qu'ils devraient être mis "hors d'état de nuire" à l'économie des Etats Unis et des autres pays.
Moi j'ai pas peur et je le dis. Simplement parce qu'aujourd'hui tout peut se dire et s'écrire...pouvu qu'on ne fasse rien. Pourvu qu'on sache que l'on en peut rien faire.

Tant le souffle de la capacité de destruction d'une banque telle que Goldman Scahs est planétaire, et anéantit toute possibilié de résistance.

Tant les soutiens dont elle bénéficie sont bien trop puissants pour que nous puissions les influencer et agir efficacement.

L'absurde régit le monde.


Voilà bien ce qui nous arrive, à vous comme à moi.
Alors, indignons-nous contre Goldman Sachs.

Continuer de ne rien savoir c'est rester idiot. Savoir un peu nous rend plus intelligents, sans pour autant que ni vous ni moi ne puissions rien faire contre cette société.

Ni manifestement, aucune autre puissance nationale ou supranationale.

Et le fait d'en être conscient, et de mieux connaître cette entreprise non seulement ne change rien, mais conforte sa puissance.

Avec le film Inside job nous avons appris suffisamment pour apprécier le degré d'ignomine du petit peuple de la finance. L'un de mes descendants en ligne travaillant dans ce milieu, atteste de l'exactitude du tableau dressé par ce film.

Nous nous sommes tous indignés, nos gouvernements ont fait pression et pris quelques mesures pour limiter le pouvoir des banques.

Résultat : tout continue comme avant.


Alors régalons-nous un peu "masochistement", en en apprenant toujours plus sur ceux qui nous surplombent et nous écraseront quand ils le décideront; si c'est leur intérêt.

Plume Solidaire


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Plumesolidaire 573 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte