Magazine Sport

Well Done Andy !

Publié le 11 septembre 2012 par Ptimek

La question d’un Big 3 au sommet du circuit ATP n’a plus lieu d’être depuis hier soir, depuis la révélation du joueur britannique qui a enfin rompu, tout comme son entraîneur et prédécesseur Lendl, la malédiction des 4 finales ratées en Grand Chelem, en remportant à Flushing Meadows son Premier Grand Chelem.

Andy Murray, après avoir raflé le titre de champion olympique en Juillet dernier, triomphe à l’US Open face au tenant du titre Novak Djokovic qui n’a pas démérité pour autant au terme d’une lutte sans merci de 4h54 de jeu (7-6(10), 7-5, 2-6, 3-6, 6-2).

Un Match Exceptionnel entre les 2 cadors

Le match fut long et extrêmement serré entre les deux joueurs, avec notamment seulement cinq petits points qui les ont séparés (160 à 155). C’est rapidement l’Ecossais, avide d’un trophée en Grand Chelem, qui a imposé son rythme lors de son match face à Djokovic imprécis. Même s’il s’ est fait des frayeurs lors d’un Tie Break effroyable de 25 minutes, au terme d’un set où breaks et débreaks se sont succédés, ses 6 balles gagnantes consécutives lui attribueront cette première manche (7-6, 12 points à 10). Murray déroulera par la suite et mènera la danse sur Djokovic gêné et forcé de jouer un tennis différent du sien : des volées et un rythme non soutenu.

Mais Djokovic l’a déjà prouvé lors des différentes finales contre Nadal, à Roland-Garros contre Andreas Seppi ou lors de ses précédents matchs en demi-finales contre Federer ici même à l’US Open : tant qu’il n’est pas battu, le Serbe donne pour la victoire. Alors mené et dors au mur, Novak Djokovic entre dans la troisième manche combattif et retrouve tout son brio et son agressivité. En 1h30 le numéro 2 mondial revenait dans la partie deux manches partout (6-2, 6-3)

La dernière manche décisive s’est vite dessiné en faveur de l’Ecossais qui a breaké d’entrée le Serbe souffrant de crampes (3-0). Malgré le retour au score de Djokovic (3-2) et le recours à son kiné en plein match, cela ne suffira pas pour défendre son titre face à Murray au moral d’acier.

J’ai tout donné dans ce match et certes chaque défaite reste dure. Mais Andy mérite de remporter ce titre plus que n’importe qui parce qu’il a été un des meilleurs depuis des années. Je suis heureux pour lui. Il a prouvé qu’il était un champion. Novak Djokovic

Le Top 4 au grand complet

Murray, aujourd’hui numéro 3 mondial grâce à ses points acquis à Flushing Meadows, prouve qu’il mérite plus que jamais sa place dans le cercle fermé des 4 meilleurs joueurs mondiaux. En effet, souvent mis à l’écart par son manque de victoires en tournois majeurs, Andy Murray ne faisait souvent pas le poids face aux génies que sont Nadal, Djokovic, ou encore Roger Federer.

Mais que reste t-il pour les autres joueurs ? Pas grand-chose, entre Djokovic qui remporté l’Open d’Australie, Rafael Nadal qui est resté le maitre incontesté à Roland-Garros, Roger Federer qui a reconquis son titre à Wimbledon et maintenant Andy Murray qui triomphe à New York, le BIG 4 au grand complet domine plus que jamais le monde de la petite balle jaune.

Digg Digg

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ptimek 819 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine