Magazine Culture

Louis Jourdan - Un des rares acteurs français à s'être imposé sur le sol américain

Par Choupanenette

Nom véritable : Louis Gendre
Nationalité française
Né le 9 juin 1919, à Marseille
Signe astral : Gemeaux
Signe particulier : french-lover réputé aux Etats-Unis

Son père, hôtelier à Cannes, envisage pour le jeune garçon la même destinée, mais ce fils ingrat est plutôt attiré par le théâtre et monte à Paris pour tenter sa chance. Il a dix-neuf ans. Un zest de cours Simon peu fructueux et le grand bain par le bas de l'échelle. Il apprend son métier sur le tas en observant les autres, notamment Marc Allégret dont il devient l'assistant. Son physique de jeune premier, sa prestance et ses yeux de velours lui valent d'être remarqué par Julien Duvivier, qui lui propose son premier rôle dans Untel père et fils. C'est le déclic.
Il tourne alors avec les meilleurs réalisateurs français de l'époque, Allegret, L'Herbier, Decoin, avant de partir pour les Etats-Unis, chassé par la guerre en France. Malgré son étiquette de séducteur, il n'a rien d'un jeune premier insipide et sans relief, et sa personnalité s'étoffe peu à peu au contact de ses mentors.

Le french lover
Après quelques années d'apprentissage, il est engagé par le grand Hichcock pour le Procès Paradine en 1947. Là encore, il a de la chance, tout comme Charles Boyer avant lui, d'être admis dans le giron américain, pourtant très fermé aux étrangers et particulièrement aux français. Ophüls, Milestone, Minnelli (Madame Bovary, Gigi) Fleischer, Negulesco, Vidor (Le Cygne) lui font confiance et il devient en quelques années un acteur réputé. Il ne renie pas pour autant son pays d'orignie et campe royalement le Comte de Monte-Cristo de Claude Autant-Lara. Il ne tourne plus beaucoup au cinéma et se consacre, aux Etats-Unis, au théâtre et à la télévision.

1940 : Untel, père et fils de J. Duvivier
1941 : Premier rendez-vous de H. Decoin
1942 : La vie de bohême de M. L'Herbier et La Belle Aventure de M. Allegret
1947 : Le Procès Paradine d'Alfred Hitchcoc;
1948 : Lettre d'une inconnue de M. Ophüls
1949 : Madame Bovary de V. Minelli
1952 : Sacré Printemps de R. Fleischer
1955 : Le Cygne de C. Vidor
1958 : Gigi de V. Minelli
1961 : Le Comte de Monte-Cristo de C. Autant-Lara
1977 : Plus ça va moins ça va de M. Vianney et Silver bears de I. Passer
1983 : Octopussy de J. Glen

Septembre2012_001


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Où on va papa ? Jean-Louis Fournier

    papa Jean-Louis Fournier

    Aujourd'hui, c'est l'année 2008 que nous allons mettre en valeur sur les blogs (enfin sur ceux qui participent à mon challenge). J'ai choisi un roman de... Lire la suite

    Par  Vicim
    CUISINE, CULTURE, HUMEUR
  • Sur les traces de Louis Gérin

    traces Louis Gérin

    L'édition du Oscar Wilde. In Memoriam (souvenirs). Le « De Profundis » d'André Gide présentée dans le précédent billet attire notre attention sur un personnage... Lire la suite

    Par  Blogegide
    CULTURE, LIVRES
  • Interview Louis Ville

    Interview Louis Ville

    Ma première rencontre musicale avec l’univers de Louis Ville c’était dans les années 2000-2001, mon coeur balancait entre Jours Étranges et La Marmaille Nue tou... Lire la suite

    Par  Bullesonore
    CULTURE, MUSIQUE
  • Jean-Louis Hue

    Hors de la sphère romanesque, difficile d'être à la fois original, érudit et agréable à lire. Tel est pourtant le pari réussi par le discret Jean-Louis Hue qui... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • #3 Louis Delort – Amsterdam

    Louis Delort Amsterdam

    D’ores et déjà qualifié pour la finale de The Voice et assuré de signer chez Mercury pour la suite, Louis a déjà tout gagné – avant même le verdict de samedi... Lire la suite

    Par  Critikall
    CULTURE, MUSIQUE
  • #1 Louis Delort – Creep

    En tant que grande admiratrice de Thom Yorke, je ne pouvais pas passer à côté de cette splendide reprise de Creep qui a permis la qualification de Louis Delort... Lire la suite

    Par  Critikall
    CULTURE, MUSIQUE
  • Jean-Louis Kuffer

    Jean-Louis Kuffer

    Il m'arrive de ne pas lire la préface des livres qui, souvent, se perd en bavardages insipides et sans intérêt, sinon pour l'auteur lui-même! Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Choupanenette 112 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines