Magazine Culture

Louis Jourdan - Un des rares acteurs français à s'être imposé sur le sol américain

Par Choupanenette

Nom véritable : Louis Gendre
Nationalité française
Né le 9 juin 1919, à Marseille
Signe astral : Gemeaux
Signe particulier : french-lover réputé aux Etats-Unis

Son père, hôtelier à Cannes, envisage pour le jeune garçon la même destinée, mais ce fils ingrat est plutôt attiré par le théâtre et monte à Paris pour tenter sa chance. Il a dix-neuf ans. Un zest de cours Simon peu fructueux et le grand bain par le bas de l'échelle. Il apprend son métier sur le tas en observant les autres, notamment Marc Allégret dont il devient l'assistant. Son physique de jeune premier, sa prestance et ses yeux de velours lui valent d'être remarqué par Julien Duvivier, qui lui propose son premier rôle dans Untel père et fils. C'est le déclic.
Il tourne alors avec les meilleurs réalisateurs français de l'époque, Allegret, L'Herbier, Decoin, avant de partir pour les Etats-Unis, chassé par la guerre en France. Malgré son étiquette de séducteur, il n'a rien d'un jeune premier insipide et sans relief, et sa personnalité s'étoffe peu à peu au contact de ses mentors.

Le french lover
Après quelques années d'apprentissage, il est engagé par le grand Hichcock pour le Procès Paradine en 1947. Là encore, il a de la chance, tout comme Charles Boyer avant lui, d'être admis dans le giron américain, pourtant très fermé aux étrangers et particulièrement aux français. Ophüls, Milestone, Minnelli (Madame Bovary, Gigi) Fleischer, Negulesco, Vidor (Le Cygne) lui font confiance et il devient en quelques années un acteur réputé. Il ne renie pas pour autant son pays d'orignie et campe royalement le Comte de Monte-Cristo de Claude Autant-Lara. Il ne tourne plus beaucoup au cinéma et se consacre, aux Etats-Unis, au théâtre et à la télévision.

1940 : Untel, père et fils de J. Duvivier
1941 : Premier rendez-vous de H. Decoin
1942 : La vie de bohême de M. L'Herbier et La Belle Aventure de M. Allegret
1947 : Le Procès Paradine d'Alfred Hitchcoc;
1948 : Lettre d'une inconnue de M. Ophüls
1949 : Madame Bovary de V. Minelli
1952 : Sacré Printemps de R. Fleischer
1955 : Le Cygne de C. Vidor
1958 : Gigi de V. Minelli
1961 : Le Comte de Monte-Cristo de C. Autant-Lara
1977 : Plus ça va moins ça va de M. Vianney et Silver bears de I. Passer
1983 : Octopussy de J. Glen

Septembre2012_001


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Choupanenette 112 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines