Magazine Cinéma

[Critique] LES SEIGNEURS DE LA MER

Par Onrembobine @OnRembobinefr

Titre original : Sharkwater

Note:

★
★
★
★
★

Origine : Canada
Réalisateur : Rob Stewart
Distribution : Rob Stewart, Paul Watson, Patrick Moore …
Genre : Documentaire
Date de Sortie : 9 avril 2008

Le Pitch :
L’extermination des requins est la plus grosse bombe écologique à retardement. Chaque année, cent millions de requins sont tués, dans d’atroces souffrances..
Les Seigneurs de la Mer nous plonge dans leur univers et celui du commerce illégal et immoral de leurs ailerons ..

La Critique :
« The truth will surface »- La vérité fera surface, j’ai choisi cette phrase comme entrée, parce qu’elle est très significative. En effet, après ce film documentaire, vous ne regarderez plus les requins de la même façon, si ce n’est pas déjà le cas.

Pour ma part, comme Rob Stewart, je suis fascinée par les requins depuis toute petite. J’ai vu un documentaire, lorsque j’étais bien plus jeune, bien avant qu’il y ait une campagne de « démystification » du requin. Car même si, ces derniers mois, nous reculons quant au statut et à l’image du requin, il y a bien eu au fil de ces dernières années, des tentatives fortes pour informer et éclairer les gens sur le caractère réel de ce prédateur.
Ça a plus ou moins marché, pas mal de personnes paraissent mieux informés mais sont toujours, pour la plupart, terrorisés. Ceci est dû en grande partie comme chacun le sait, au film Les Dents de la Mer de Steven Spielberg. Dans le film, le requin est présenté comme un terrible monstre prêt à manger et déchiqueter tout ce qui bouge. Ceci dit, il n’y a pas eu que cela, vous le verrez en regardant le film.

Dans la réalité, c’est bien différent. Les Seigneurs de la Mer vous plonge dans un univers bien glauque et bien triste, où la cruauté est reine.
Vous apprendrez comment se déroule le marché abominable d’ailerons de requins, la façon dont on traite ces animaux marins splendides, et quelques scènes vous donneront la nausée à coup sûr. Mais, c’est un devoir de regarder ce film, même si c’est dur, il est primordial de s’informer, surtout en ces temps d’actualité brûlante.
La réalisation est bien construite, Rob Stewart mélange les scènes dures à encaisser avec les scènes magnifiques, le tout coupé par une musique appropriée, poétique et agréable.
L’histoire que nous raconte Rob Stewart est montée comme une énigme à résoudre, et cette énigme c’est le commerce de l’aileron de requin et ses ignominies.

Avec plaisir, nous écoutons, tout le long, des spécialistes nous expliquer le fonctionnement des écosystèmes marins et de tous les écosystèmes.
Il y a également, la forte présence de Paul Watson, avec lequel fait équipe Rob Stewart .
Pour ceux qui ne le connaissent pas, Paul Watson est le président de la Sea Shepherd Society. Il est l’un des fondateurs de Greenpeace, mais a fondé sa propre ONG par la suite, pour lutter contre le braconnage, préserver la faune marine et les animaux marins qui la peuplent. Il est connu pour son fort activisme et ses missions qui apportent des résultats. Je vous invite grandement à vous intéresser à cet homme courageux qui, en ce moment, se retrouve dans de bien mauvais draps et ce pourquoi ? À cause de ce que vous allez voir dans Les Seigneurs de la Mer.
Il avait pourtant été innocenté, mais je n’en dis pas plus et vous laisse regarder le film, ainsi qu’effectuer vos recherches par la suite.

Les Seigneurs de la Mer, même s’il n’est pas le premier documentaire sur les requins, est complet et percutant. Il apporte des preuves assez impressionnantes et dénonce les trafics illégaux.
De plus, il s’agit d’une œuvre cinématographique qui a bénéficié d’une belle couverture médiatique.
Le film a ainsi remporté, pas moins de 31 récompenses internationales !

Je termine en citant quelques phrases du film, et j’invite formellement tout le monde à le regarder. C’est un devoir de citoyen . Un grand Merci à Rob Stewart, qui a risqué sa vie pour faire connaître la vérité au monde.

« Aucune espèce sur Terre, n’a encore survécu, en enfreignant les lois fondamentales de l’écologie, pourtant c’est ce qu’on fait tous les jours. On enfreint ces lois fondamentales, de bien des façons. Cela provoquera notre disparition à très court terme, à moins qu’on apprenne à vivre en harmonie avec la nature. »

« Notre oxygène, nous vient en grande partie des océans, ces océans que contrôlent les requins. Si les requins disparaissent, l’oxygène dont nous avons besoin pour respirer se fera plus rare. Nous sommes sur Terre depuis quelques millions d’années. Hors, au cours des cent dernières années, nous avons grandement altéré la vie marine. Cependant, nous avons aussi le pouvoir de renverser la vapeur…»

@ Audrey Cartier

[Critique] LES SEIGNEURS DE LA MER

Crédits photos : Sharwater Productions


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines