Magazine Culture

Marc Lavoine

Publié le 17 septembre 2012 par Gjouin @GilbertJouin

Marc LavoineJe descends du singe
Je descends du singeest le onzième album studio de Marc Lavoine. Il en a signé les dix textes et son désormais indispensable alter ego, Christophe Casanave en a composé les mélodies… Déjà dans son précédent opus, Volume 10, Marc Lavoine avait amorcé un virage assez notable en impliquant beaucoup plus son vécu en évoquant, entre autre, le décès de son père. Marc sait bien que les questions qu’il se pose et les drames qui le touchent, pour personnels et intimes qu’ils soient, sont universels. En mettant ainsi son cœur à nu, il partage avec nous, se fait encore plus proche, plus accessible, plus… normal.Très famille (tant sur le plan personnel que professionnel), de plus en plus pétri d’humanité, il était tout à fait naturel que, la cinquantaine atteinte (le 6 août), il se tourne vers l’anthropologie et, puisqu’il est lui-même en pleine évolution, il se rapproche plus particulièrement du Darwinisme. D’où cette conclusion péremptoire : il descend du singe.
Maintenant, comment se traduit ce constat dans ce onzième album ? Effectuons-en la discotopsie…
1/ Il resteraChanson empreinte de nostalgie, un climat qui sied parfaitement à la voix chaude de Marc. Quand on a tout fait, tout vu, tout goûté, tout connu, ou presque, que reste-t-il qui compte : « le parfum d’un souvenir de toi… ». La mélodie, légère, s’accorde à la nostalgie ambiante. Mais c’est une nostalgie douce, pas amère du tout, agréable même. Et, assurément, apaisante : « Je suis en vie presque calme ». On ressent une certaine sérénité. C’est déjà tellement bien d’être en vie et riche de tendres souvenirs…
2/Notre histoireJolie petite ritournelle au service d’une histoire d’amour à la fois belle et banale. Et même « conne ». Il évoque la simplicité de sentiments communs, propres à chacun, avec les doutes, les certitudes, les émerveillements. Les histoires d’amour, c’est comme les enfants : ce sont les nôtres les plus beaux.
3/ Je descends du singeChanson sur la solitude, sur le manque de l’autre, rythmée par une sorte de reggae nonchalant. Jolie mélodie, refrain efficace, arrangement léché… Evoque un réflexe animal face à un profond désarroi. Les reproches que l’on se fait devant les « ruines » de son passé. Alors on marche au hasard, on s’offre au « vent salé, et on boit pour essayer d’oublier.
4/ J’ai vu la lumièreInventaire sur toutes les formes que peut prendre l’amour. Finalement, l’amour c’est comme l’air, il est omniprésent, on en a besoin, il peut se faire caressant ou décoiffer. Chanson entraînante, légère et positive qui image parfaitement que l’amour est un tourbillon.
5/J’en ai rien à foutreLe titre en lui-même est évocateur. Il est très rare d’entendre une petite trivialité dans la bouche de Marc. Pour une fois, il fait fi de sa délicatesse et de sa courtoisie coutumières. Quand une relation amoureuse s’effiloche, à quoi sert de s’évertuer à vouloir la rapiécer. Quand c’est fini, c’est fini. Pas de quoi se tirer une balle dans la tête, inutile de souffrir bêtement. Fataliste et pragmatique, il accepte benoîtement son sort puisqu’en échange, il redevient un homme libre.
Marc Lavoine6/ Auprès de toi mon frèreIncantation descriptive de ce qu’est que grandir en parallèle avec son frangin. Tout ce qu’on vit ensemble, qu’on partage, qu’on rêve, chacun étant tour à tour la béquille de l’autre, son soutien protecteur quand ça va mal. Chanson pleine de tendresse et de reconnaissance et néanmoins empreinte de nostalgie.
7/ Avec toiVariation amusante sur le thème à peine voilé de « Je te tiens par la barbichette ». Débit saccadé, original sur fond de musique discrète. Duo avec la comédienne Julie Gayet qui propose une voix aussi légère et ténue que celle de Marc est chaude et grave ; ce qui offre un agréable contraste. C’est une chanson très optimiste qui parcourt toute la vie d’amour d’un couple avec ses grands bonheurs et les petits aléas que l’on surmonte.
8/ Faut-il parler ?C’est, quelque part, l’antithèse de la chanson précédente, puisque Marc y aborde le délitement dans le couple. Cette fois, on ne passera pas toute sa vie ensemble. Le contrat de mariage est déchiré par « le couteau du quotidien », alors à chacun de reprendre sa vie… Malgré tout, le salut est peut-être dans le dialogue. Mais c’est loin d’être garanti. Se dire les choses ou se taire, telle est la question… C’est, pour moi, le plus beau texte de l’album.
9/ Ballade pour MichellePas facile d’écrire une chanson sur la disparition d’un être aussi cher et essentiel que peut l’être sa mère… Sans jamais tomber dans le pathos, Marc procède par petites touches tendres et sensibles pour évoquer son souvenir. Saupoudrant son chagrin de petites images fugitives, il passe sans cesse de la réalité à l’abstrait. Et, maintenant que Michelle est partie, peu de temps après son père, il se retrouve inexorablement seul et, désormais, en première ligne.
10/ Je compte les joursTon lancinant et récitatif d’un véritable poème construit sur l’alternance de « Il me manque » et « Il me tarde ». Cette chanson est cousine avec Je descends du singe, elle la complète, sauf que, cette fois, on a le droit d’imaginer une happy end.
Mon hit parade personnel :
1/ J’ai vu la lumière2/ je descends du singe3/ Il restera4/ Faut-il parler ?5/ J’en ai rien à foutre

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines