Magazine Culture

LECTURE : Ne pas perdre sa vie à la gagner – Pour un revenu de citoyenneté de Baptiste Mylondo

Par Jpubernois

Publié aux éditions Homnisphères en 2008, Ne pas perdre sa vie à la gagner a été réédité aux éditions du Croquant en 2010avec quelques mises à jour. La quatrième de couverture est en grande partie extraite de la conclusion de l'ouvrage. LECTURE : Ne pas perdre sa vie à la gagner – Pour un revenu de citoyenneté de Baptiste Mylondo


Le livre est organisé en deux parties qui correspondent l'une au titre, l'autre au sous-titre. Ainsi nous trouvons : livre I : abolir le culte du travail, livre II : garantir le revenu. Si la lecture de la première partie est fluide, on ne peut pas en dire autant de la deuxième partie qui sert notamment des calculs permettant de justifier la possibilité de verser un revenu de citoyenneté à chacun. Après la préface de Paul Ariès, une citation de Robert Louis Stevenson (de Une apologie des oisifs) qu'il me plaît de reprendre ici : 

« Cette prétendue oisiveté, qui ne consiste pas à ne rien faire, mais à faire beaucoup de choses qui échappent au dogme de la classe dominante, a tout autant voix au chapitre que le travail. »
Car le travail est confondu avec le travail salarié, avec l'aura que prend ce travail salarié puisque certains y ont accès alors que d'autres ne le peuvent pas, pour la valeur qu'il prend comme élément de socialisation, comme signe de respectabilité. Un effort de définition s'impose. Le travail est polysémique, il se trouve agrégé à des valeurs, il est sacralisé. Il convient de détruire cette agrégation de sens, ce qui entrave notre vision de ce qu'il est réellement (labeur, activité pénible) pour mieux lutter contre son extension. Le travail pourrit notre vie.La vision du travail évolue, il est devoir, il est preuve de civilisation par rapport à la paresse du sauvage. Alors que chacun travaillait pour gagner de quoi vivre et ne cherchait pas à en faire davantage, les entrepreneurs (nous sommes alors au XIXe siècle) contraignent les travailleurs à l'assiduité, à une contrainte horaire, à la ponctualité, à la concentration sur sa tâche... Mais pourquoi travailler plus que nécessaire ? Inciter à la consommation devient une solution : 
« c'est sur leur relative frugalité comme consommateurs qu'il faut agir pour les inciter au travail. En clair, il faut inciter les ouvriers à consommer plus que de raison, pour les inciter à travailler plus que de raison... » 
Publicité et satisfaction de besoins en les créant, satisfaction du besoin de reconnaissance sociale par le biais d'objets de consommation.Alors que les politiques pour l'emploi s'enchaînent, que le chômage ne diminue pas pour autant, ne faudrait-il pas s'interroger sur l'impasse de cette volonté que chacun ait un emploi ? Si le chômage, en tant qu'oisiveté, est la mère de tous les vices, le plein-emploi serait le remède. Mais avec les avancées techniques (et donc le besoin moindre de main-d'oeuvre), avec les délocalisations à échelle mondiale, il ne peut y avoir que moins de travail. Le problème du chômage n'est pas l'emploi mais la désacralisation du travail, l'existence hors du travail. 
« Au final, c'est moins le travail en tant que tel qui est en cause dans les ravages du chômage, que la vision que l'on en a aujourd'hui. Ce travail sacralisé dont on ne cesse de vanter les mérites et de louer les bienfaits. Ce travail considéré comme centre de la vie de l'individu et pilier de la société. » (p. 42)
« Si l'on remet en cause ce qui n'est en fait qu'une construction historique récente, on change aussi la condition du chômeur. Délesté de cette « valeur travail » au poids social trop écrasant, le chômeur peut parfaitement s'épanouir et trouver sa place au sein de la société à travers d'autres activités, hors du travail. Dès lors, la question même du chômage n'a plus lieu d'être, la dictature du Travail s'effaçant derrière la revalorisation de ces activités alternatives. » (p. 43)
Sous-titre de la partie « contre le culte du travail » : « un travail inutile pour une consommation futile ». Trop de travail pour trop de production et trop de consommation, et trop de consommation entraînent la nécessité de gagner plus d'argent et donc de travailler davantage. Si l'on travaillait moins, on consommerait moins et si on consommait moins, on travaillerait moins.Or, le culte du travail est en réalité un culte du travail à plein temps.
« S'il n'était ce culte du travail, continuerions-nous à turbiner de la sorte, quitte à revoir à la baisse nos habitudes de consommation ? » (p. 47)
Traduire en heures de travail le prix d'une voiture est édifiant. Et quand on pense que la voiture, qui peut coûter trois mois de salaire par an, sert principalement à se rendre à son travail... La conclusion s'impose : on marche sur sa tête. (L'exemple de la voiture se trouve p. 47)Et finalement, si on pouvait vivre, percevoir un salaire sans avoir obligation de travailler ? 
« On objectera sans doute que la mise en place d'un revenu déconnecté du travail expose à un risque certain de désertion du marché du travail... Certes, et pour cause, dans une certaine mesure c'est précisément l'effet recherché ! » (p. 49) 
Il ne s'agit pas d'une « ode à la paresse mais plutôt d'un éloge du temps libre et de la libre occupation de chacun » (p. 52)Arrivé à la deuxième partie, je trouve le livre moins intéressant. L'auteur y justifie le revenu de citoyenneté, explique qu'il est sensé, doit toucher chacun, individuellement, sans contrepartie, quelle que soit l'activité choisie car il n'y a pas d'inutile au monde, il permet de réduire des inégalités, abolit la contrainte du travail mais préserve l'incitation car celui qui veut plus d'argent que ce revenu de citoyenneté qui lui permettrait de vivre sans extra pourrait toujours, s'il le souhaite, travailler à temps partiel ou à temps plein, selon ses envies, et les travaux pénibles seraient encouragés par une revalorisation salariale importante. Suivent des calculs : des prestations sociales seraient maintenues, d'autres disparaîtraient dans le revenu de citoyenneté, le coût de ce revenu nécessiterait l'augmentation de la csg, etc.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jpubernois 83 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines