Magazine Culture

Kanye West & G.O.O.D Music – Cruel Summer

Publié le 21 septembre 2012 par Wtfru @romain_wtfru

Kanye West & G.O.O.D Music – Cruel Summer

_

On y est. Après l’immense My Beautiful Dark Twisted Fantasy (MBDTF pour la suite de l’article) qui a fait entrer Kanye West au Panthéon des plus grands et Watch the Throne, l’album tant attendu en collaboration avec son boss, son ami, son idole Jay-Z, voici le dernier volet du triptyque, Cruel Summer, l’opus collectif. De son collectif.
En effet, l’ami Kanye s’offre un kiff, dans la peau du boss cette fois-ci, en sortant un album avec tous les artistes de son label G.O.O.D. Music. Un label qui a vu le jour en 2004, en même temps que la carrière de l’ourson décollait. Et qui a signé du beau monde depuis, voyez plutôt: Common, John Legend, KiD CuDi, Pusha T pour les plus anciens, Cyhi da Prince et Big Sean chez les nouveaux. Sans compter les affiliés du coin, 2Chainz, The-Dream ou même Hit-Boy pour les productions. Voici donc le casting XXL de cette compilation, sûrement le plus important réuni sur un même album depuis le Roc La Familia de Jigga.

Il s’agit donc pour Yeezy de boucler en beauté deux ans de folie pour sa carrière, entrée dans une nouvelle ère. Et pour parler de cet album, difficile de commencer autrement que par les productions. Déjà parce qu’ici, on défendra jusqu’au bout l’idée que Kanye West est proportionnellement aussi génial derrière les machines que mauvais au micro et qu’il faut donc se concentrer tout d’abord et à tout jamais par son travail de beatmaker. En plus, le parallèle avec ses deux dernières sorties et beaucoup trop évident pour ne pas être évoqué d’entrée de jeu. Ce Cruel Summer n’est autre que le chaînon manquant entre MBDTF et Watch The Throne, toujours dans un style très rap-pop baroque-champagne. Que tout ceux ayant détesté ce virage pris par Kanye déguerpissent au plus vite, cet album ne sera pas pour vous.
Cette patte Kanye West 2.0 est reconnaissable entre mille désormais et est sûrement entrée dans l’histoire de la musique désormais. Parce que ça fourmille de 10.000 idées à la seconde, parce que c’est tatillon, parce que c’est champagne, parce que c’est maitrisé à la perfection. Il n’y a une nouvelle fois pas grand chose à reprocher de ce côté-ci, le travail est de très haut niveau. On peut d’ailleurs saluer les performances de Hit-Boy et Hudson Mohawke au côté de Mr West,  certainement les deux futurs hitmaker mainsteam de demain.
Le premier nommé sort son Niggas In Paris 2K12 avec Clique tandis que le second s’offre la sortie la plus originale de l’album ou presque avec Bliss sur lesquels John Legend et la jeune Teyana Taylorassurent le service.

_

Big Sean, Kanye West & Jay-Z – Clique

_

Le problème, un peu à la manière du Watch the Throne, c’est que la partie instrumentale n’est pas magnifiée par la partie vocale. Alors sur WTT ça allait puisque Jay-Z arrivait à lui seul à apporter un charisme naturel au tout mais là, on est loin du compte. C’est un peu le problème aussi d’inviter tout le monde pour un seul et même gâteau, certains sont plus gourmands que d’autres. Comprenez: tout le monde n’est pas au même niveau. Pire encore, les meilleurs moments de l’album sont des couplets d’invités hors G.O.O.D. Music! Jay-Z sur Clique donc qui arrive même à faire passer Big Sean pour un branleur tout comme Ghostface Killah qui ruine Pusha T, pourtant pas le premier venu, sur New God Flow. Un hasard s’il s’agit des deux meilleurs morceaux de l’opus ? Probablement pas.

_

Kanye West, Pusha T & Ghostface Killah – New God Flow

_

Et encore, on épargne la comparaison à Kanye West. Mais lui même reconnait son manque de talent au micro puisqu’il a décidé de ne plus jamais rapper autrement que sur des parties pop pour s’éviter justement ce genre de reproche. Quel putain d’escroc/génie! Mais finalement, comme d’habitude on lui pardonne, le mec a l’attitude et tout le reste pour lui. Puis franchement, quand on voit les sorties de certains sur le skeud, il est plutôt à placer dans le haut du panier. Common et Raekwon pondent des 16 de maison de pré-retraite, Big Sean manque cruellement de style, Kid Cudi vient poser pour l’hygiène, Cyhi the Prince trop timide et d’autres massacrent des titres entier. On peut parler de ces deux merdes en plein milieu (qui s’enchainent en plus!) que sont Cold (avec Dj Khaled, on se refait pas) et Higher peut être le pire morceau rap depuis dix ans. Le combo Cocaine-80, The-Dream, Pusha T et Ma$e remportent haut la main le prix du mauvais gout avec cette track inécoutable plus d’une fois.
C’est parce que les mecs n’y mettent pas du leur que l’album perd très rapidement en intérêt. Ok les prods sont cools mais si c’est pour ne rien en faire, autant se remettre celles de MBDTF. On sent très bien que l’album a été fait dans le même moule que les deux précédents et qu’il y a récupération de chutes de séances studio précédentes. Peut être ici même la raison du manque d’envie latent qui se dégage du disque.
On retiendra quand même deux, trois sons qui sortent des sentiers (ra)battus comme le sus-nommé Bliss ou encore Sin City, création assez originale aussi bien « intrumentalement » parlant que vocalement (mélange des genres entre rap, r&b et slam sans que l’un ne marche sur l’autre).

_

Cyhi the Prince, John Legend, Malik Yusef, Teyana Taylor & Travis Scott – Sin City

_

Alors que les productions veulent dégager un ensemble homogène, la prestation collective est trop poussive voire fainéante pour que cet album trouve un véritable intérêt autre que monétaire pour le label. Mais l’important est sans doute ailleurs pour l’architecte principal du projet qui boucle ainsi la boucle de deux ans de travail acharné. On se doute que cette compilation était une obligation pour le catalogue G.O.O.D. Music et que maintenant expédié, on va pouvoir revenir à des choses plus sérieuses et intéressantes. Le futur album de Kanye West. En solo. Ou presque.

_

Kanye West & G.O.O.D Music – Cruel Summer

_


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine