Magazine Cinéma

The Proposition, critique

Publié le 24 septembre 2012 par Fredp @FredMyscreens

the proposition critiqueAvec la sortie au cinéma Des Hommes de Loi de John Hillcoat, il était temps de revenir sur le film qui l’a révélé. Et ça tombe bien puisque The Proposition vient enfin de sortir en DVD !

The Proposition, critique
Réalisé en 2005, The Proposition aura mis du temps à arrivé sur nos écrans. Il aura fallut attendre la sortie de l’excellente adaptation de La Route pour que dans la foulée le distributeur français sorte discrètement le film au cinéma. Puis c» était le silence radio. Heureusement, en parallèle de la sortie Des Hommes de Loi, Sony vidéo a la bonne idée de sortir enfin le film en vidéo. Autant, des fois, les films restant dans les tiroirs trop longtemps sont de qualité assez douteuse, autant ici, il n’y avait pourtant aucune raison de rendre le film disponible. Car non seulement, The Proposition est le film d’un cinéaste qui a fait ses preuves, mais en plus il bénéficie tout de même d’un casting assez racé … sans parler évidemment du fait qu’il s’agit tout simplement d’un très bon western.

Après tous ces aléas autour de sa sortie cafouilleuse, il est donc temps de parler du film. Car the Proposition n’est pas un western comme les autres. Se déroulant en Australie à la fin du XIXe siècle, en pleine époque coloniale, le film met en scène deux hommes opposés. D’un côté le Capitaine Stanley (Ray Winstone), officier s’étant donné pour mission de civiliser le pays. De l’autre, Charlie Bruns (Guy Pearce), bandit capturé avec son cadet par Stanley. Pour retrouver la tête du gang, le capitaine passe un marché avec Charlie. Ramener la tête de son frère ainé ou le plus jeune mourra. Un gros dilemme s’impose alors à lui tandis que Stanley reste en proie au doute sur sa mission.

The Proposition, critique

Avec The Proposition, John Hillcoat impose d’emblée une ambiance poisseuse où la chaleur du désert le dispute à la sécheresse des hommes. Abordant en toile de fond l’esclavage des aborigènes pour alourdir encore l’atmosphère, il propose alors un film âpre où les choix qui s’imposent aux protagonistes sont particulièrement difficiles à prendre. Avec un rythme assez lent, privilégiant largement le dialogue aux scènes d’action (la fusillade sera l’ouverture du film et rapidement expédiée pour laisser ensuite toute sa place aux personnages et à leur évolution), il réalise en fait ici plutôt une chronique sur la vie en Australie à cette époque où le continent était encore sauvage. Puis il jouera assez justement entre quelques instants de tendresse (entre Stanley et sa femme, entre Charlie et son frère) avant de faire montrer la pression dans son final d’une violence captivante.

The Proposition, critique

Cette réussite, Hillcoat la doit évidement beaucoup à Nick Cave au scénario et à la musique. C’est grâce à son écriture qu’il arrive à saisir toute la difficulté de la vie à l’époque et que les comédiens donnent le meilleur d’eux-même, loin des personnages clichés du genre, toujours tourmentés par leurs actes passés ou à venir. Et c’est grâce à sa composition que l’atmosphère se fait tantôt apaisante (aidée par les magnifiques images de l’outback sur fond de couché de soleil) ou au contraire tendue. Avec l’Assassinat de Jesse James de son (presque) compatriote Andrew Dominik, The Proposition de John Hillcoat fait donc partie de ces westerns récents s’intéressant plus à ses personnages qu’aux duels au milieu de la rue et cette approche n’en est alors que plus intéressante quand elle est en plus parfaitement maitrisée.

The Proposition, critique

The Proposition, critique
The Proposition est donc un coup de maître des deux compères à la relation de travail particulièrement fructueuse. Il est toutefois dommage que le distributeur ne sorte le film qu’en DVD tant le bluray aurait révélé la splendeur des images ! En attendant une disponibilité HD un jour (ou en import), nous nous contenterons donc de cet très correct DVD où le film est accompagné d’un making of de 30 minutes permettant de mieux saisir le propos et l’importance du film pour l’Australie et les motivations de ses personnages.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fredp 9140 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines