Magazine Culture

« On peut encore beaucoup inventer en matière d’information à la télévision. »

Publié le 24 septembre 2012 par Nada @nada

J’aime bien la télé-réalité parce qu’elle ne promet pas de nous instruire, au contraire des émissions dites d’informations, comme Zone Interdite, 90 minutes enquêtes ou encore Enquête exclusive qui sont souvent racoleuses, peu approfondies et au final très superficielles.

désinformation télévision journalisme marseille délinquance zone interdite

Hier soir M6 diffusait un reportage “choc” sur le trafic de stupéfiants à Marseille. Marseille, cette scandaleuse !  Au départ l’idée était bonne car il est vrai que l’économie souterraine fait des ravages dans la ville et puis tout à coup, allez savoir pourquoi, du sud de la France nous nous retrouvons à Sevran (Seine Saint-Denis). Premier couac.
Vient ensuite le discours moralisateur : ce n’est pas leur faute, c’est à cause du chômage ; admettons, il est vrai que certaines populations sont particulièrement touchées par ce phénomène. On nous montre d’ailleurs un jeune père de famille blasé vivant du RSA soit environ 400€/mois. Deuxième couac : s’il est père de famille, il a un supplément pour son couple et pour chaque enfant. Le montant passe alors autour 1000€ mensuels. Bien sûr je ne prétends pas que cela suffise à vivre dignement, mais c’est un détail que les journalistes ont “omis” de préciser.
Le business rapporterait, dans la seule cité de La Castellane, 100 000€… par jour ! J’ai bien failli m’étouffer. A faire pâlir d’envie n’importe quel chef d’entreprise. La rémunération des membres de l’organisation atteint alors des sommes folles. Allez, ôtez-vous de toute morale : vous avez le choix entre trimer 8h par jour pour gagner 1200/1700€ par mois ou trafiquer en touchant 4000, 6000 voire 8000€ mensuels, vous choisissez quoi ? Tout est dit. L’appât du gain est cependant très risqué et le nombre de règlements de compte ne cesse tristement d’augmenter.
Enfin, dernier couac, la généralisation. Tout au long du reportage le journaliste explique qu’il s’agit d’une minorité d’individus qui traumatise le reste des habitants du quartier. Or il conclue en prétendant que la cause serait une mauvaise intégration sociale qui toucherait toute la communauté. Je ne dirai pas que le racisme n’existe pas à Marseille (comme ailleurs) car ça serait faux. Cependant il faut savoir que contrairement à Paris, les cités sont au coeur de la ville. Marseille terre de trafic oui, parce qu’elle est un port, lieu hautement stratégique dans le monde du commerce. Comment arrêter les meurtres ? Peut-être en arrêtant de consommer des stupéfiants, puisque cela tuerait leur business.

Deuxième partie de soirée, Enquête exclusive, même rengaine : l’émission était consacrée au quartier du Marais à Paris, sur fond de guerre de religion et de falafels. La première chose qui m’agace avec ces reportages, ce sont les introductions qui durent 20 minutes : du pur remplissage. Ensuite, bien que n’étant pas parisienne, je n’ai pas souvenir d’un quartier dévasté par le terrorisme de la Ligue de défense juive comme les journalistes le prétendent. Enfin, la gué-guerre entre vendeurs de falafels étaient-elles si représentative du Marais au point d’y consacrer plusieurs dizaines de minutes ?

Bref ces émissions qui se veulent intellectuelles et informatives sont composées comme ceci : 20% de générique, 20% de cliché,  40% de remplissage pour finalement à peine 20% d’information.

On peut encore beaucoup inventer en matière d’information à la télévision. Vous ne pouvez pas partir sans savoir que Marc Lavoine entre directement à la première place des charts grâce à son nouvel album, Je descends du singe, devançant ainsi les meilleures ventes C2C, NRJ compilation et Lou Doillon. Vous ne pouvez pas ignorer que le petit film français Camille redouble explose les bras musclés des Expendables au box-office. Frimez en société lors de votre prochain dîner mondain en expliquant comment les Maldives ont construit une boite de nuit sous marine avec vue panoramique et si ça ne les épate pas, faites jouer la carte de l’émotion avec  cette vidéo-trop-mignonne du jour, un cochon qui sauve une chèvre de la noyade !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nada 1051 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines