Magazine Beaux Arts

Littérature égyptienne (53) - le roman de sinouhé : 12. le retour ...

Publié le 25 septembre 2012 par Rl1948

   Comme celui qui se dévêt à la vue de la mer, comme celui qui s'est levé pour honorer la première brise de terre (et voici que son front a grandi sous le casque),

Les mains plus nues qu'à ma naissance et la lèvre plus libre, l'oreille à ses coraux où gît la plainte d'un autre âge,

Me voici restitué à ma rive natale ...

Il n'est d'histoire que de l'âme, il n'est d'aisance que de l'âme.

SAINT-JOHN PERSE

Exil, V

dans Oeuvres complètes,

Paris, Gallimard, La Pléiade,

p. 130 de mon édition de 1972

   Nous atteignons doucement aujourd'hui, amis lecteurs, l'aube d'un moment unique dans la vie de Sinouhé ; moment que nous découvrirons de conserve lors du prochain et ultime épisode.

   Rappelez-vous : la semaine dernière, conscient que la magnanimité de Sésostris Ier à son égard était telle que jamais ne lui serait reprochée sa fuite après la mort d'Amenemhat Ier, notre héros envoyait une missive au souverain égyptien en réponse à la lettre que ce dernier lui avait adressée, l'invitant, le grand âge arrivé, à rentrer s'installer et finir ses jours au pays.

     Non seulement Sinouhé y expliquait les raisons qui l'avaient fait précipitamment quitter l'Égypte mais il remerciait son maître et, d'une certaine manière, confirmait, maintenant que le roi l'y avait convié, son retour imminent sur sa terre natale.

04.-Pyramide-de-Sesostris-Ier.jpg


   (Que le Professeur Claude Obsomer, de l'U.C.L (Université catholique de Louvain - Belgique), me permette ici de lui réitérer mes remerciements les plus vifs et les plus respectueux pour l'immense générosité avec laquelle il m'a proposé divers clichés des vestiges de Licht, capitale royale de Moyenne-Égypte, qu'il avait réalisés voici près de dix ans ; dont celui ci-avant de la perspective vers la pyramide de Sésostris Ier.)

     On vint vers l'humble serviteur que je suis. Il fut donné que je passe un jour à Iaa (1) pour transmettre mes biens à mes enfants, mon fils aîné ayant la responsabilité de ma tribu ; ma tribu et tous mes biens étant dans sa main : mes serfs, tous mes troupeaux, mes fruits et tous mes arbres fruitiers.

     Alors cet humble serviteur partit vers le sud. Je fis halte sur les Chemins d'Horus (2) : le commandant ayant la charge de la patrouille envoya un messager à la Cour pour faire en sorte qu'on le sache. Alors sa Majesté fit venir un excellent directeur des paysans du domaine du palais royal : des bateaux chargés l'accompagnaient sur (lesquels) étaient des cadeaux de la part du roi pour ces Bédouins venus à ma suite en vue de m'escorter jusqu'aux Chemins d'Horus. Je nommai chacun d'eux par son nom, tous les serviteurs étant à leur tâche.

     C'est tandis que l'on pétrissait et que l'on filtrait (3) devant moi que je pris la route et fis voile jusqu'à ce que j'atteigne la ville de Licht.

   Ce fut très tôt que l'aurore pointa. Quelqu'un qui m'appela se présenta : dix hommes s'en vinrent et dix s'en allèrent me conduire au palais. Je touchai le sol du front entre les sphinx : les enfants royaux qui se tenaient dans l'épaisseur (du portail) m'accueillirent. Les courtisans qui avaient été introduits dans la salle hypostyle me placèrent sur le chemin de la salle d'audience.

     Je trouvai sa Majesté sur un grand trône d'électrum (installé) dans une niche. Prosterné, je m'évanouis en sa présence. Ce dieu s'adressa à moi amicalement. J'étais comme un homme pris dans le crépuscule (4) : mon âme défaillait, mes membres tremblaient ; mon coeur, il n'était plus dans mon corps ; je ne distinguais plus la vie de la mort.

     Alors sa Majesté dit à un de ces courtisans : "Relève-le. Fais qu'il me parle".

Puis, sa Majesté dit : "Vois, tu es revenu. C'est après que la fuite eut remporté  sa victoire sur toi que tu as foulé aux pieds les pays étrangers. Devenu vieux, tu as atteint un âge avancé. Ce ne sera pas une petite chose que ton enterrement. Tu ne seras pas inhumé par les Asiatiques.

N'agis pas sans cesse contre toi : tu ne parles pas, alors que ton nom est prononcé ? "

   Je craignais une punition et je répondis à cela par des propos d'homme effrayé : "Que me dit mon maître ? Si je réponds ainsi, ce n'est pas à cause de moi, c'est l'action d'un dieu ; c'est une crainte qui est dans mon corps comme ce qui avait déterminé la fuite fatale.

   Vois, je suis devant toi. La vie t'appartient. Que Ta Majesté agisse comme elle le désire."

          

Notes


(1)   ... Iaa : il s'agit, souvenez-vous amis lecteurs, de cette terre d'abondance que Sinouhé avait jadis reçue d'Amounenchi.


(2)   ... les Chemins d'Horus : nom donné à une succession de forteresses érigées dès l'Ancien Empire, au niveau du Delta, au nord-est de l'Égypte, aux fins de protéger ses frontières d'éventuelles invasions provenant des pays asiatiques limitrophes.


(3)   ... tandis que l'on pétrissait et que l'on filtrait : il s'agit de pétrir une pâte de farine d'orge et d'eau, puis de la filtrer pour obtenir de la bière.

(4)   ... pris dans le crépuscule : désorienté.

   A suivre ...

     (Je ne rappellerai jamais assez tout ce que cette mienne traduction doit à l'enseignement, aux conseils avisés et aux corrections pointues du Professeur Michel Malaise qui, voici près d'un quart de siècle, guida mes premiers pas dans l'apprentissage de la langue et de l'écriture égyptiennes.)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rl1948 2931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte