Magazine Beaux Arts

Un résumé pour « Tigre en papier » d’Olivier Rolin

Publié le 25 septembre 2012 par Sheumas

 

Dans ce roman (largement autobiographique) même si le héros s’appelle Martin et non Olivier, le narrateur, installé sur le siège de sa vieille DS modèle 67, remonte le temps (et le périf parisien) en compagnie de la fille de Treize, son ami, avec qui il a vécu les grandes heures de mai 68.

   La présence troublante de cette « Chloé », âgée à peine de 18 ans, perturbe et grise le narrateur au point qu’il tourne toute la nuit sur le périf et qu’il trouve le temps de raconter le passé et de poser sur ces années folles un regard caustique, à la fois tendre et implacable.

   Certes, il n’est pas facile de faire comprendre à une étudiante, véritable produit d’une société de consommation forcenée, ce qu’a pu être le rêve de cette génération dont faisait partie son père. Martin a conscience d’avoir vieilli, d’avoir changé... Mais il se souvient de tout... Le temps, qu’il appelle « le vieux cachalot », lui a fait perdre ses allures « d’ange des révolutions ». Plutôt qu’au Che, il est obligé d’admettre qu’il ressemble désormais vaguement à Daladier, et les « anciens de la cause » qu’il rencontre avec Chloé au « bal des viocs », comme dans les salons de Guermantes à la fin de « la Recherche du temps perdu », ne sont plus que les pâles reflets de ce qu’ils ont été.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sheumas 243 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte