Magazine

Buren à la puissance dix

Publié le 25 septembre 2012 par Les Lettres Françaises

***

revue culturelle et littéraire les lettres françaises

Daniel Buren, écrits Volume 1 de 1965 à 2012

On peut ne pas aimer Daniel Buren dont les bandes, blanches et colorées, d’une largeur de 8,7 cm, sont le signe visuel invariant d’une œuvre qui s’étale sur une cinquantaine d’années. Il serait toutefois impensable de ne pas reconnaître sa capacité à modifier l’espace. Avec lui, les structures de l’architecture occupée sont réactivées, pour ainsi dire remodelées. Ses œuvres interrogent systématiquement le lieu qui les accueille et pour lequel elles sont  conçues, d’abord la rue, dès 1967, puis la galerie, le musée, le paysage ou l’architecture, ce qui lui permet d’inventer l’expression « travail in situ », qui caractérise une grande partie de ses interventions.

Ainsi, les colonnes qu’il a introduites dans la cour d’honneur du Palais-Royal (les Deux Plateaux, 1986), son projet le plus controversé, ont radicalement changé l’ambiance solennelle qui régnait dans ce lieu éminent du classicisme. C’est également l’année où Buren représente la France à la Biennale de Venise et remporte le Lion d’or. Depuis, il fait partie des artistes les plus actifs et reconnus sur la scène internationale, et son œuvre a été accueillie par les plus grandes institutions et par les sites les plus divers dans le monde entier. C’est dire l’attente qui accompagna toute la préparation ultra-secrète de la 5e Monumenta, cette opération consistant à s’attaquer à l’énorme espace qu’est l’intérieur du Grand Palais. C’est dire aussi l’ampleur de la déception, face à un résultat qui bute sur un maquillage superficiel et décoratif de cette immense verrière. De fait, Buren a construit un faux plafond en verre teinté, qui filtre la lumière et la fait traverser des parasols géants – des disques également en verre, posés sur des tiges. Projetés sur le sol, ces cercles jaunes, vert, bleus, oranges, forment en somme un kaléidoscope d’une joliesse indiscutable. Selon les médiateurs pleins d’enthousiasme envers la réalisation du maître, il faudrait revenir plusieurs fois pour apprécier à sa juste valeur la gamme chromatique qui varie avec les conditions météorologiques. Sans doute. Il n’en reste pas moins que le résultat, un peu gratuit, laisse l’architecture métallique du Grand Palais impavide. Sauf à goûter l’ambiance délicieusement désuète des boîtes de nuit seventies. Je terminerai sur une remarque qui n’a rien à voir avec Buren. Après Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski et Anish Kapoor, la Monumenta récente est la cinquième organisée par unartiste homme. Espérons que la prochaine, celle accordée à Annette Messager, sera non seulement plus convaincante, mais permettra de rétablir au moins un semblant de parité.

Monumenta, Daniel Buren, Grand Palais.
Daniel Buren, les Écrits volume 1, 1965-2012, Flammarion/Cnap, 2000 pages, 45 euros.
Buren, de Guy Lelong, Flammarion/CNAP, Flammarion, 240 pages, 45 euros.

Itzhak Goldberg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Les Lettres Françaises 9984 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte