Magazine Cinéma

Camille redouble aka Chéri, j’ai redoublé mes 16 ans

Par Elosya @elosyaviavia

Camille redouble aka Chéri, j’ai redoublé mes 16 ans

Date de sortie : 12 septembre 2012

Synopsis : Camille n’a pas une vie très folichonne. Elle est actrice, mais son dernier rôle se cantonne à être la victime d’un boucher psychopathe dans un film gore de série B. Son mari, Eric, la quitte pour une femme plus jeune. Et face aux évènements, son alcoolisme empire. Suite à un malaise au cours d’une soirée, elle redevient une ado à l’époque de de ses 16 ans avec ses parents, ses copines et Eric. Comment va t-elle (re)vivre cette adolescence ? Est ce qu’elle plongera à nouveau dans les bras de son futur ex-mari ou va t-elle le fuir pour ne pas revivre leur histoire ? Est ce qu’elle en profitera pour changer sa vie ?

Scénario&Réalisation : Noémie Lvovsky,  Maud Ameline, Pierre-Olivier Mattei, Florence Seyvos

Casting : Noémie Lvovsky, Samir Guesmi, Judith Chemla, Yolande Moreau, Denis Podalydès, Vincent Lacoste

A moins de vivre dans une communauté zen reculée où le cinéma aurait été proscrit au détriment de la paix, de l’amour et du sexe, vous n’avez pas pu ne pas entendre parler de “Camille redouble”, petit film français qui cartonne et qui offre un bon petit moment de bonheur aux spectateurs.

Dimanche soir, je me suis donc rendue avec ma cops Elise dans une salle obscure pour le voir. Verdict : j’ai beaucoup aimé ce film. Déjà, moi j’adore les films où le héros ou l’héroïne voyage dans le temps et où il a la possibilité de (re)vivre des évènements. (je ne vous cacherais pas que “Retour vers le futur” est un film mythique que je ne me lasse pas de revoir).

Je dois être honnête, je redoutais de m’ennuyer étant donné que le film se déroule dans les années 80 et je me disais que je n’allais pas me sentir attachée à Camille-ado et à son époque. Et puis en fait non, déjà parce que Noémie Lvovsky (réalisatrice et actrice principale) a eu la bonne idée de jouer Camille à l’âge de 16 ans et du coup cette histoire de retour en arrière m’est apparue plus crédible et drôle (voir la Camille de 40 ans porter ses fringues de gamine de 16 ans, c’était fendard). Elle aurait pris une petite jeunette pour son rôle, ça l’aurait moins fait en terme de ressort comique et d’attachement au personnage. Elle utilise aussi des codes sur l’adolescence qui me semblent communs à toutes les époques : la bande de potes, les soirées, le mec qui nous plaît et que l’on fuit parce que trop timide, trop à l’ouest ou trop au courant de ce que sera la suite de cette histoire.

Il y a des passages émouvants, comme lorsqu’elle enregistre la voix de ses parents pour se souvenir de leur timbre de voix, lorsqu’elle les scrute attentivement comme si elle voulait garder encore un peu de leur image en elle, comme ces moments où elle essaie de changer le cours tragique du destin. On voit aussi qu’elle a idéalisé certains moments, certaines personnes et que connaître les choses à l’avance n’est pas un gage de réussite. Elle revit certaines situations, elle essaie tant bien que mal d’y échapper, mais il semblerait que les choses finissent toujours par arriver. Pendant le film, face au comportement de Camille vis à vis de son futur ex-mari, l’adage : la peur n’évite pas le danger, me revenait pas mal en tête. J’arrêtais pas de me dire que sa manière de fuir les choses, n’allait pas forcément la prémunir de souffrir et de ce qui l’attendra à l’âge adulte.

Oui et si vous vous attendez à un film fait d’effets spéciaux de la mort qui tue, d’arguments métaphysiques sur le voyage dans le temps et d’explications longues et incompréhensibles sur le pourquoi du comment. Rien de tout ça. Le fait que cela soit joué très simplement et que cela ne parte pas dans une débauche d’effets donne (une nouvelle fois) de la crédibilité aux évènements vécus par Camille.

 Et puis j’aime bien les films qui me font cogiter et après la séance, je n’arrêtais pas de me demander ce que cela me ferait de revivre mes 16 ans. J’imagine souvent que “si à l’époque de mes 16 ans, j’avais su” telle information sur moi, mon caractère ou dans mon rapport aux autres, eh bien j’aurais vécu une adolescence plus sympathique et moins baignée d’angoisses et de désillusions. Mais en fait, je n’en sais rien. J’ai beaucoup de mal avec l’idée que le passé ne sera plus et qu’il faut faire le deuil des gens ou d’une époque. Toutefois, je n’aimerais pas revivre cette période de l’adolescence parce que merde les cours de gym, les pimbêches du lycée, l’amour à sens unique et la fâcheuse obligation d’avoir une image cool et hype, non de non, c’était chiant et je n’aimerais revivre ça pour rien au monde.

Donc si vous avez envie de vous retrouver dans les années 80 avec des moments rigolos, touchants, quelque soit votre âge d’ailleurs. Je vous conseille “Camille redouble” qui vous fera passer un beau moment cinématographique.

La bande annonce :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Elosya 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines