Magazine Asie

Japonisme : つれづれ Tsurezure oisiveté

Par Kaeru @Kaeru

Japonisme : つれづれ   Tsurezure oisiveté
Cette semaine le thème du projet japonisme sonne comme un écho à celui déjà passé intitulé namake kuse, paresse.
つれづれ Tsurezure, oisiveté, est encore un concept qu'il est difficile d'associer immédiatement au Japon. Pourtant, cette culture élève la contemplation au rang d'art de vivre.
Je vous encourage d'ailleurs à lire un article à contre-courant sur le sujet de l'oisiveté et de ses vertus signé par le romancier Harold Cobert.
Le désœuvrement n'implique pas toujours l'inaction et la stérilité intellectuelle et émotionnelle qu'on lui prête. C'est au Japon que j'ai compris toute la profondeur de ce temps passé objectivement à ne rien faire.
 

Japonisme : つれづれ   Tsurezure oisiveté

Oiseaux oisifs...


Japonisme : つれづれ   Tsurezure oisiveté

Cultiver le vide


Au détour d'une rue, trouver un parc et s'y arrêter. S’asseoir quelques minutes sur un banc, observer. Rester là, même une heure à s’imprégner du lieu. Regarder les gens, les arbres, les nuages. Et quand on reprend sa route, on réalise parfois qu'on a, dans ce laps de temps perdu à la productivité matérielle et au travail factuel, trouver des solutions à d'autres problèmes, à des blocages infiniment moins triviaux que les aléas du quotidiens.
Dans ces heures oisives la créativité se nourrit, les histoires, les musiques, les images se forment. Une gestation lente et douce qui a besoin d'un regard sur le monde, faussement passif.

Japonisme : つれづれ   Tsurezure oisiveté

Les heures douces


Japonisme : つれづれ   Tsurezure oisiveté

Terrain de jeu

 Ces photos ont été prises au square des Batignolles, à Paris. Copyright : Marianne Ciaudo

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kaeru 5607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte