Magazine Cinéma

[Critique] ELLE S’APPELLE RUBY

Par Onrembobine @OnRembobinefr

Titre original : Ruby Sparks

Note:

★
★
★
★
☆

Origine : États-Unis
Réalisateurs : Jonathan Dayton, Valerie Faris
Distribution : Paul Dano, Zoe Kazan, Chris Messina, Annette Bening, Antonio Banderas, Aasif Mandvi, Steve Coogan, Toni Trucks, Elliot Gould, Deborah Ann Woll…
Genre : Comédie/Romance/Fantastique
Date de sortie : 3 octobre 2012

Le Pitch :
Calvin est, malgré son jeune âge, une véritable légende de la littérature moderne américaine. Son premier roman, écrit à 19 ans, est cité comme l’un des grands ouvrages de son temps. Pourtant, aujourd’hui, à l’aube de la trentaine, Calvin est victime du fameux syndrome de la page blanche. Seul, chez lui, avec son chien et ses angoisses, il ne fréquente que son frère et son psychiatre et n’a pour ainsi dire aucun véritable ami. Une nuit, Calvin rêve d’une jeune femme qui correspond en tout point à son idéal féminin. Profondément marqué par ce rêve, qui se répète de nuit en nuit, Calvin voit son inspiration subitement jaillir. Ainsi nait, sur le papier, dans l’intimité, Ruby Sparks, une jeune femme pétillante et jolie, conforme à l’idée que Calvin se fait de la compagne parfaite.
Un beau matin, Calvin se réveille et se retrouve nez à nez avec sa création. Ruby est là devant lui, bien réelle…

La Critique :
Six ans ! C’est le nombre d’années qui se sont écoulées entre Little Miss Sunshine, le premier long-métrage du duo de réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris et Elle s’appelle Ruby. Six ans qui ont pu en paraître le double, tant Dayton et Faris avaient, pour leur coup d’essai, réalisé un petit chef-d’œuvre d’humour doux-amer qui suscitait les espoirs les plus optimistes quant à la suite des évènements. Une attente qui se termine enfin avec la sortie de Elle s’appelle Ruby, leur nouveau bijou.
Car oui, n’ayons pas peur des mots ! Elle s’appelle Ruby est une petite pépite. Une sucrerie acidulée, intelligente, très fine et remarquablement savoureuse. Sans chercher à être parfait, le second film de Dayton et Faris s’assume. Avec ses défauts, mineurs, et ses qualités, probantes, qui sautent aux yeux. Et si on reconnaît la patte des metteurs en scène, force est d’admettre que Little Miss Sunshine et Elle s’appelle Ruby n’ont pas grand chose en commun. Plus intime, car se déroulant dans un périmètre plus restreint, Elle s’appelle Ruby tourne principalement autour d’un couple et s’intéresse à ses mécanismes en le mettant à l’épreuve (mais bon, comme on ne se refait pas, Dayton et Faris parlent aussi un peu de la famille, à nouveau à peine dysfonctionelle). Sans pour autant sombrer dans la facilité ni baser son récit ou sa mise en scène sur une somme de clichés embarrassants.

Une vraie réussite grandement imputable à Zoe Kazan (qui n’est autre que la petite-fille du légendaire Elia Kazan). Ici, Zoe joue la Ruby du titre, mais écrit également le scénario. C’est d’ailleurs la première fois que cette comédienne de presque 30 ans, que l’on a pu voir dans des films comme Hotel Woodstock ou Les Noces Rebelles, écrit un scénario. Un scénario qui s’inspire volontairement du mythe de Pygmalion (un sculpteur tombé amoureux de l’une de ses créations) et qui n’est pas sans évoquer des souvenirs émus du film mythique de John Hughes, Une Créature de rêve (et donc par extension, pour les plus jeunes, de la série dérivée de ce film, intitulée en France, Code Lisa). Dans Elle s’appelle Ruby, c’est un écrivain qui tombe fou amoureux du personnage féminin de son nouveau livre. Une fille née dans ses rêves qui prend vie, par miracle, sans explication rationnelle. Pensant devenir fou, Calvin, l’écrivain du métrage s’aperçoit que Ruby est bel et bien réelle et qu’il n’est pas le seul à la voir. Son frère fait sa connaissance, puis sa mère, son beau-père… Ruby est née dans l’imagination de Calvin. À chacun de trouver son interprétation, le script de Zoe Kazan laisse la porte ouverte. La jeune scénariste joue avec cette version moderne et mélancolique du mythe de Frankenstein. Elle en profite pour décortiquer les mécanismes de la solitude qui emprisonne le protagoniste principal, mais aussi ceux d’une relation amoureuse pas comme les autres. C’est du moins l’impression initiale, car au fond, le propos de Zoe Kazna est universel et provoque un phénomène d’identification extrêmement puissant. Comment en effet considérer normale, la romance d’un type avec une fille sortie tout droit de son imagination (trop) fertile, qui a le pouvoir de contrôler son personnage en tapant sur sa machine à écrire, lorsqu’il le souhaite ? Ruby est en quelque sorte une marionnette qui s’ignore. Un Pinocchio qui ne se rappelle pas avoir été un jouet. Alors certes, le concept du film se base sur trois œuvres majeures (Pygmalion, Frankenstein et Une Créature de rêve donc), mais le traitement reste résolument orignal, surprenant et vraiment contemporain.

De quoi faire souffler sur le genre de la comédie romantique, un vent de fraîcheur salvateur. De quoi rameuter aussi les doux parfums des productions fantastiques des années 80. Il y a de quoi jubiler. Quand déboule Antonio Banderas par exemple, dans un rôle qui fait du bien. Il y avait longtemps que l’acteur ibérique n’avait pas donné une telle impression de plaisir au cinéma. Idem pour Annette Bening, peut-être plus en retrait, ou pour Elliot Gould, plus bienveillant que jamais.
Et puis il y a Paul Dano et Zoe Kazan. En couple à l’écran, comme dans la vie, les deux comédiens sont prodigieux. Dano continue à se bâtir une filmographie aussi brillante que solide. Parfaitement à l’aise dans le registre mélancolique, Dano excelle aussi dans la comédie. Donnant l’impression de pouvoir tout jouer, ce prodige du cinéma américain mérite toutes les louanges. Comme Zoe Kazan qui lui donne la réplique. À croquer, l’actrice, très loin des canons hollywoodiens, impose une présence, une attitude et un charisme impressionnants. L’alchimie entre les deux coule de source et s’avère des plus communicatives. Et le talent avec lequel les deux réalisateurs orchestrent leur histoire de sublimer le propos.

On passera alors l’éponge sur les baisses de régime que le long-métrage accuse à mi-parcours, comme sur le caractère un peu trop prévisible de l’action. Pas de quoi gâter le fruit. Car, encore une fois, Elle s’appelle Ruby est un film qui doit s’appréhender tel qu’il est. Avec ses défauts (son petit côté gentiment bancal) et ses qualités. Comme une nouvelle perle du cinéma indépendant moderne made in America. Le cinéma qui grandit dans l’ombre des blockbusters et des cascades de guimauves. Celui qui compte vraiment et qui reste dans les mémoires. Et franchement ça fait du bien !

@ Gilles Rolland

[Critique] ELLE S’APPELLE RUBY

Crédits photos : Bona Fide Productions


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines