Magazine Conso

Fantasmes sur la femme de la classe moyenne

Par Middle

Fantasmes sur la femme de la classe moyenne

L'icône de la classe moyenne ?


Pour son nouveau film, Dans la maison (en salles le 10 octobre), François Ozon a fait d’Emmanuelle Seignier une icône fantasmagorique.
Le pitch : un adolescent en plein marasme existentiel se choisit comme sujet de rédaction une famille de la classe moyenne afin d’épater son professeur de français (Fabrice Luchini). L’adolescent se met alors à fantasmer sur Esther, la mère au foyer frustrée (forcément) dont la seule aspiration est d’ordre matériel, l’aménagement de la véranda et de la salle de bain faisant office de projet de vie. Les revues de décoration intérieure sont ainsi sa seule lecture. L’ennui guette la femme mariée ? L’adolescent s’engouffre dans cette brèche en délirant sur « son corps de femme de la classe moyenne » et s’émeut de « l’odeur si significative de la classe moyenne ». Si Emmanuelle Seignier endosse la caricature avec une certaine élégance dans ce film assez plaisant, on resta pantois devant le côté popote du personnage d’Esther. Je propose donc d’inviter le réalisateur à la maison non pas pour humer l’odeur corporelle de la classe moyenne mais pour lui faire comprendre que la course au confort moderne est totalement dépassée, relayée aujourd’hui par la lutte contre le déclassement.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Middle 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog