Magazine Culture

PURE de Julianna Baggott

Par Phooka @Phooka_Book

PURE de Julianna Baggott
Editions J'ai Lu14,90 euros541 pages

Résumé
Depuis les Détonations qui ont ravagé le monde, Pressia vit avec son grand-père dans les décombres, la cendre et le danger. Demain, elle aura 16 ans, âge où la milice vous enlève pour entrainer les plus forts… ou achever les plus faibles. Pressia n’a plus le choix, elle doit se préparer à fuir.
Au loin brille le dôme : un lieu sécurisé et aseptisé où une petite partie de la population, les Purs, s’est réfugiée avant la catastrophe. Partridge n’a qu’une idée en tête : sortir.
Mais comment survivre dans ce monde post-apocalyptique où tout est presque mort ?



L'avis de Phooka:

Partridge est un pur. Depuis les Détonations, entendez par là la guerre nucléaire, il vit à l'abri dans le Dôme, cette structure qui résiste à tout et dans laquelle de nombreux privilégiés continuent à vivre presque normalement. "Presque" parce que dans le dôme, tout est sous contrôle: l'air bien sûr,la nourriture, les naissances mais aussi les pensées et l'ADN ... Un dôme dans lequel les ADN sont trafiquées pour essayer de transformer les humains en super-humains, une espèce supérieure qui sera capable un jour de repeupler la terre.Pressia elle, n'a pas eu la chance de Partridge. Au moment des Détonations, elle était "dehors" comme la plupart des gens. Et "dehors "elle y est toujours avec ceux qui ont survécu. Un "dehors" en ruine, dans lequel la nourriture est extrêmement rare, dans lequel survivre est un combat de tous les instants, dans lequel la plupart ont perdu famille et amis, dans lequel les gens ont fusionné ... Oui fusionné, avec ce qu'il y avait à côté d'eux au moment de la catastrophe: morceaux de verre ou de métal, bicyclette, poupée, animaux, humains ... Pressia a 16 ans, l'âge où il faut se cacher si on ne veut pas être emmené par l'ORS, cette structure secrète dont personne ne sait rien, sauf qu'ils viennent prendre tous les jeunes le jour de leur 16 ans. Elle doit quitter son grand-père et ses maigres possessions.Quant à Partridge lui,il n'en peut plus de ce dôme liberticide et il décide de tenter sa chance "dehors" pour essayer de retrouver sa mère qu'il croit vivante.Ces deux là vont se rencontrer ...

Le monde de ce récit se situe dans un futur proche, possible ou pas, mais en tout cas suffisamment réaliste pour que le lecteur s'y projette, ce qui rajoute une touche supplémentaire à la lecture. Lecture qui n'est pas toujours facile, même si elle est passionnante et dont, pour ma part j'ai bien du mal à parler. Quel roman ! C'est la première réflexion qui me vient à l'esprit tellement j'ai été sous le choc pendant sa lecture. Un roman inoubliable, dur et pourtant si prenant. ¨Parfois je devais le poser pour "digérer" ce que je venais de lire ... dur si dur, mais en même temps plein d'espoir. Ces gens ne renoncent pas, ils ne renoncent jamais, quelles que soient les difficultés. Une vraie leçon de vie. Pour un roman jeunesse ou plutôt YA, il sort clairement du lot, loin de certains clichés que l'on retrouve ailleurs. Ici, il n'y a pas de complaisance, pas de facilité ou de recettes toutes prêtes. Même si parfois la trame est classique, l'univers dans lequel se déroule le récit est suffisament original et différent pour ne pas s'y arrêter. L'auteur nous plonge dans un monde terrible, nous place face à des situations atroces et pourtant à aucun moment ce n'est larmoyant ou complaisant. Julianna Baggot nous raconte une histoire, l'histoire de deux ados qui se rencontrent et de leurs potes. Ça pourrait être des ados de n'importe où, sauf que ceux-là sont "différents", mais finalement sont-ils plus "différents" qu'un môme de quartiers riches et celui d'une banlieue ? Probablement pas. Ils vont devoir faire fi de ces différences justement, apprendre à se connaître, à surmonter les clichés que chacun a en tête, ils vont apprendre à s'accepter tels qu'ils sont. Et croyez-moi, cette bande de mômes va faire preuve d'une plus grande humanité que la plupart des gens, ils vont s'unir pour comprendre ou du moins essayer de comprendre ce qui se passe dans leur monde. Et la tâche n'est pas aisée.Un roman qui m'a scotchée, secouée, tourneboulée. Ces "fusions" d'êtres humains avec les objets, animaux ou même autres humains qui les entouraient au moment de l'explosion fait vraiment froid dans le dos. J'imagine bien que certains puissent ne pas aimer, être repoussés par cette lumière crue jetée sur ce futur "proche", mais pour ce qui me concerne j'ai été fascinée. Oh ce n'est pas le genre de roman que je relirai de gaîté de coeur, pour la bonne et simple raison que je ne suis pas prête de l'oublier. Trop d'images ont frappé mon imagination et ma mémoire, elles y resteront longtemps. Ce roman on l'aime ou pas, mais je ne pense pas qu'on puisse s'en affranchir facilement. Pour ma part les "mères de familles" (comprendront ceux qui l'ont lu) vivront en moi pendant longtemps ...Et je n'ai qu'une hâte: lire la suite !Un roman YA vraiment très différent de ce que j'ai pu lire à ce jour, du  post-apo bien réussi. Le premier de la nouvelle collection YA de J'ai Lu. Un coup de maître. Une collection à surveiller si tous leurs titres sont de ce niveau.


Un autre avis enthousiaste ici 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines