Magazine Société

Le jihadisme, nouvelle resucée du guevarisme dans l’impérieux besoin de tuer ?

Publié le 09 octobre 2012 par Sylvainrakotoarison

« Je n’osais pas tirer. À ce moment, je voyais un Che, grand, très grand, énorme. Ses yeux brillaient intensément. Je sentais qu’il se levait et quand il m’a regardé fixement, j’ai eu la nausée. J’ai pensé qu’avec un mouvement rapide, le Che pourrait m’enlever mon arme. "Soyez serein, me dit-il, et visez bien ! Vous n’allez tuer qu’un homme !". Alors, j’ai reculé d’un pas vers la porte, j’ai fermé les yeux et j’ai tiré une première rafale. Le Che, avec les jambes mutilées, est tombé sur le sol. Il se contorsionnait et perdait beaucoup de sang. J’ai retrouvé mes sens et j’ai tiré une deuxième rafale, qui l’a atteint à un bras, à l’épaule et dans le cœur. Il était enfin mort. » (témoignage du sergent Mario Teran, dans "Paris Match" en 1977). C’était il y a quarante-cinq ans…

yartiGueva01L’arrestation des onze membres d’une cellule islamiste le samedi 6 octobre 2012 (le douzième membre, Jérémie Louis-Sidney, a été tué après s’être violemment opposé à la police) à la suite de l’attentat antisémite du 19 septembre 2012 contre une supérette de Sarcelles montre que de plus en plus de petits délinquants deviennent en France des "jihadistes", et cette tendance à la radicalisation se déroule comme le catalyseur d’une révolte intérieure apporté par des éléments extérieurs à la France essentiellement grâce à Internet et aux réseaux sociaux où les extrémistes et les intégristes renforcent la détermination des plus paumés.

Dans l’émission littéraire de Public Sénat "Bibliothèque Médicis", l’un des invités de Jean-Pierre Elkabbach remarquait le 22 septembre 2012 que le terrorisme islamiste avait remplacé le guevarisme dans la tête de certains jeunes désœuvrés tentés par l’activisme contre le "grand capital" et le supposé "impérialisme américain". Du reste, l’ancien ministre Éric Raoult a émis cette même analogie dans un débat sur BFM-TV le 8 octobre 2012.

Cette idée n’est pas sans pertinence. On peut en effet imaginer qu’un jeune homme, sans le sou, n’ayant donc rien à perdre, écorché, avec une rage personnelle très intense contre la société, pourrait se métamorphoser en terroriste de la cause extrémiste de l’islamisme. Il ne peut plus donner dans le gauchisme révolutionnaire comme dans les années 1970 et 1980 (Action directe, Brigades rouges etc.) car le communisme a idéologiquement été définitivement battu.

En revanche, une autre forme d’activisme meurtrier a pu voir le jour à partir des année 1990 (avec le terroriste Kelkal) pour essentiellement combattre le monde dit occidental (qui n’existe pas plus qu’un monde oriental). Dans les "banlieues", cela a pu donner des cas extrêmes comme Merah. La barbe de Ben Laden a remplacé l’étendard de Che Guevara.

En général, ce sont surtout des convertis récents qui n’ont rien à voir avec l’islam (et qui sont très différents de la plupart des musulmans qui, eux, prônent la non-violence et souvent subissent à leurs dépens les amalgames) mais ils concrétisent le mal-être par des actions violentes contre leur pays, la quête de repères surtout. Expert en sécurité et renseignement stratégique, Claude Moniquet remarque : « Ces gens ont une conception sommaire du jihadisme et n’ont pas une vraie connaissance de l’islam. (…) Ces gens qui sont en rupture sociale épousent une idéologie qui justifie et ennoblit leurs actes. ». Expert en islam, Samir Amghar observe de son côté : « Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle tendance du salafisme, l’islamo-banditisme, formée par des délinquants, souvent convertis en prison, qui gardent leurs habitudes de violence ou d’exactions, mais en les justifiant par des motifs religieux islamiques de lutte contre l’Occident. ».

L’anti-occidentalisme est le point de convergence, exactement comme l’exprimait le 24 février 1965 à Alger un guérillero : « Les pays socialistes ont le devoir moral d’arrêter leur complicité tacite avec les pays de l’ouest exploiteurs. ».

C’était un Ministre de l’Industrie très vindicatif néanmoins doté d’une grande intelligence. Non, je ne parle pas d’Arnaud Montebourg mais bien d’Ernesto Guevara qui est mort il y a tout juste quarante-cinq ans, le 9 octobre 1967, à l’âge de 39 ans.

Tiens, parlons justement du Che Guevara. À la différence de l’avocat socialiste, le Che n’a pas débité seulement du verbe mais a agi, et quand je dis "agi", cela veut dire "a pris les armes" et a voulu "répandre" la révolution cubaine un peu partout dans le monde, en particulier au Congo et en Bolivie. Cette exportation de la révolution avait, selon lui, valeur universelle : « Il n’y a pas de frontières dans cette lutte à mort. Nous ne pouvons pas rester indifférents face à ce qui se passe dans n’importe quelle partie du monde. La victoire de n’importe quel pays contre l’impérialisme est notre victoire, tout comme la défaite de quelque pays que ce soit est notre défaite. ».

Si les adorateurs de Staline et de Mao sont revenus parfois très tôt de leur adoration (heureusement), ce n’est pas le cas pour Che Guevara et il n’est pas rare, encore aujourd’hui, de voir dans nos démocraties pacifiées certaines personnes, parfois jeunes, parfois bien plus jeunes que les quarante-cinq années qui les séparent de sa mort, arborer en effigie cette figure quasi-légendaire de la révolution. Un homme aimant, entouré de sa famille comme l’on peut le voir avec plein de tendresse sur certaines photos. Un homme intellectuel et cultivé, capable de discuter avec Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre (dans ses petits souliers).
yartiGueva05

Intelligent, esprit vif, passionné, courageux, allant jusqu’au bout, indubitablement, Guevara a tout pour faire le parfait héros romantique de tous les révolutionnaires en culotte courte (ou tranquillement installés dans leur salon derrière un écran) qui se sont (malgré ce qu’ils en disent) très bien adaptés à la société de consommation.

Cette idolâtrie encore actuelle pour ce médecin argentin est très étonnante car il a peu soigné et il a été contre le principe général du christianisme dans lequel il a baigné qui est que la vie est sacrée et qu’il n’y a rien au monde qui puisse justifier le meurtre d’un homme.

Car il faut dire ce qu’il en est : ce type était un tueur, un tueur en série, un tueur idéologique, le pire des tueurs, car tueur sans émotion, tueur froid et cynique, sans un seul sentiment humain, bref, sans aucun romantisme, justement. Un tueur comme on peut le retrouver dans l’excellente pièce "Les Justes" d’Albert Camus.

Un Robespierre incorruptible prêt à tuer l’humanité entière pour sa prétendue juste cause. Cause dont on a d’ailleurs complètement oublié le fondement (à part l’anti-américanisme primaire). Sa mort brutale à un âge encore jeune n’a jamais été une surprise et devant celui qui allait le "liquider", il dédramatisait sa propre tragédie. Pour lui, la vie humaine ne valait rien. En tout cas, pas grand chose.

Rappelons les assassinats multiples commis par Guevara. Il a tué de ses propres mains des dizaines d’hommes.

Fidel Castro (qui est toujours vivant malgré ses 86 ans et sa maladie) lui avait délégué la présidence des tribunaux d’exception car Guevara n’aurait jamais eu un seul geste de clémence, il n’hésitait pas à recourir systématiquement à la peine de mort contre les ennemis du régime.

Rappelons aussi quelques citations du révolutionnaire qui font penser étrangement aux terroristes islamistes actuels.

Par exemple, en Égypte, il expliquait son action ainsi : « Le moment décisif dans la vie de chaque homme est quand il doit décider d’affronter la mort. S’il la confronte, il sera un héros, qu’il réussisse ou non. Cela peut être un bien ou un mal politique, mais s’il ne se décide pas à l’affronter, jamais il ne cessera d’être seulement un homme politique. ». C’est typiquement un cas désespéré d’illuminé dangereux.

Autre exemple de cerveau noyé dans une sorte de démence sectaire, ce discours à New York le 11 décembre 1964 : « Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons à fusiller tant que cela sera nécessaire. Notre lutte est une lutte à mort. » …sans définir d’ailleurs quelle en est la nécessité ni jusqu’où cela s’arrêterait. Robespierre et les têtes tranchées qui s’accumulèrent pour le bien de "sa" révolution… mais cela fait penser aussi (eh oui) à Hitler qui avait aussi un impérieux besoin de tuer.

Cité également par Wikipédia, le Che n’hésitait pas à évoquer en avril 1967 son véritable moteur : « la haine comme facteur de lutte ; la haine intransigeante de l’ennemi, qui permet à l’être humain de dépasser ses limites, et le transforme en une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer ».

Du reste, Guevara était vaguement authentique et honnête avec lui-même et les autres et reconnaissait en 1965 : « [Le vrai révolutionnaire] doit allier à un tempérament passionné une froide intelligence et prendre de douloureuses décisions sans que se contracte un seul de ses muscles. » même s’il ne s’interdisait pas cette hypocrisie géante : « Les révolutions sont moches mais nécessaires, et une partie du processus révolutionnaire est l’injustice au service de la future justice. ».

C’est exactement le principe de la "dictature du peuple". On cherche à introduire le paradis humain en dévastant les pays et en y installant… un enfer. Erreur de discernement, folie, aveuglément, besoin de tuer à tout prix ? Le stalinisme qui a tué une vingtaine de millions de personnes, la Révolution culturelle de Mao qui a tué une vingtaine d’autres millions de personnes, la dictature nazie qui a également, sous la coupe d’une idéologie aberrante, a tué des dizaines de millions de personnes, la logique folle des khmers rouges de Pol Pot qui ont massacré une grande partie de la population cambodgienne…

Oui, tout cela est une injustice au service de l’impossible future justice. Et c’est aussi ce genre de folie qui fait mettre dans la tête d’influençables la volonté de jeter un avion avec eux sur des tours d’immeuble faisant des milliers de morts qui n’avaient fait de mal à personne… Folie meurtrière. Aujourd’hui, elle est passée du rouge au vert, à l’évidence...

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (9 octobre 2012)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Nouveau monde.
11 septembre 2001 : jihadisme vs complotisme.
Merah.
Rue des rosiers.
yartiGueva02


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sylvainrakotoarison 1208 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine