Magazine Cuisine

Conso : la lunch box devient tendance

Par Bioaddict @bioaddict

Manger ce que l'on veut, dans les proportions souhaitées et à moindre prix, c'est plus simple qu'on ne le croit grâce à la lunch box. Avec la crise économique nous sommes plus nombreux à l'avoir choisi. Normal : elle ne présente que des avantages. Conso : la lunch box devient tendance 

Adieu sandwich dégoulinants et steak frites caloriques. La boîte à déjeuner est une affaire qui marche ! Il faut dire que 79% des Français achètent un "repas à emporter" au moins une fois par mois. Alors, depuis quelques années, les salariés et étudiants ont fait ce calcul simple au rapide : au lieu de payer une formule à 5 euros à la boulangerie du coin (option généralement la plus économe en région parisienne), la bento, elle, revient souvent à moins de 2 euros, faisant la part belle aux restes de la veille.

Ce qui est aujourd'hui devenu une véritable tendance nous vient en fait du Japon où l'on a compris depuis des siècles les bénéfices de mettre son déjeuner en boîte. Le pays du Soleil Levant a d'ailleurs consacré un art à l'esthétique de ces repas, le "kyaraben". Mais au-delà de l'aspect fun et économique, la bento box permet de mieux contrôler son alimentation au quotidien. Tant et si bien que certains chefs lui ont collé une étiquette d'alternative saine au déjeuner sur le pouce, proposant des cours ou divulguant des conseils nutritionnels réservés aux " lunchs box addicts ". Leur objectif : montrer que l'on peut préparer des recettes à la fois économiques et gastronomiques.

Bien-sûr, le must de l'adepte des lunchs box, c'est également de pouvoir recycler ses restes, pour éviter au maximum le gaspillage. Pour ce faire, rien de plus simple : des sites Internet proposent des recettes anti-gaspi astucieuses et surtout, rapides et accessibles. C'est le cas du très populaire Marmiton mais aussi de sites moins connus comme Les Bentos de July ou le blog French bento. Avec ces recettes astucieuses, la bento peut donc aussi être la solution de gain de temps.

Bref, on a beau lui chercher des failles, la lunch box à la coque solide ! Ceux qui souhaiteraient en faire un véritable allié écolo n'ont plus qu'à choisir parmi la multitude de sites Internet qui proposent des boîtes sans bisphénol A et/ou recyclables (150 produits sous une quinzaine de marques). Mais pour éviter de payer ce qui n'est finalement qu'une gamelle, vous pouvez toujours récupérer un récipient en plastique hermétique, comme un emballage de glace en plastique ou un bon vieux tuperware. Le recyclage vaut ainsi à la fois pour le contenu et le contenant !

Pour certains, la bento en deviendrait presque un art de vivre. Des chefs ou des designers gourmands, imaginent des repas bento pour l'anniversaire d'un enfant, ou même des bento-télé en amoureux. Après tout, c'est mieux que la pizza industrielle ou le fast-food bourrés de produits chimiques de synthèse, non ?

Quelques lunchboxs à éviter :

La salade de pâtes
Des chips ou gâteaux apéritifs
De biscuits, souvent vendus avec un suremballage
Des sodas, des sirops de fruits et des jus de fruits sucrés artificiellement. 
Des barres chocolatées. 
Des oeufs, qui risquent de vous trahir par leurs mauvaises odeurs. 
La mayo, qui peut vite tourner en raison de la chaleur 
Des tomates dans les sandwichs, dont l'acidité peut nuire aux autres aliments

Deux lectures  :

• Laure Kié, "Mes petits bento sains et gourmands", Les petits plats, Marabout, 7,90 €.
• Stéphanie de Turckheim, "Moi, je lunch box toute l'année", Tana éditions, 12 €.

Olivia Montero


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bioaddict 1760784 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog