Magazine Bébé

Classez-nous catastrophe naturelle

Par Syven
(Attention, caca story)

Tout a commencé la semaine dernière.

Haricot avait passé la journée chez Papi et Mio, et il était rentré sans qu'on sache qu'il avait fait un caca monstrueux qui avait débordé de partout. Le lendemain, affreux parents que nous sommes, nous  avions décrété que trois jours sans caca, c'était trop. Eh, oui. Bébé gel, le destop du bébé...

Remarquez, on a été puni. Pas autant que le  Haricot qui a attendu une demie-heure sur sa table à langer que "ça" vienne, et comme ça venait de loin, "ça" mettait son temps, assez pour qu'on remballe le bébé et qu'on le mette dans son trotteur (le sport ça aide, j'ai remarqué, dès qu'on me parle de gym, je file aux toilettes). Trèfle. "Ca" était sorti avec un ronflement sardonique tel ! que la terreur s'était emparée de nous devant l'ampleur du désastre, étant donné que le caca précoce, en comparaison du caca tardif, est une abomination liquide propre à vous défaire de vos sens olfactifs, ainsi que de tout désir de sustentation pendant un moment (youpi, j'ai perdu un kilo tant ça m'a coupé l'appétit). Et le lendemain, c'est sa nounou préférée qui a eu le droit à la suite, "ça" ayant décidé de couler. Pauvre Haricot, baigner dedans lui a arraché plus d'un cri (et nous plus d'une oreille bien entendu, n'allez pas plaindre le bébé quand même !).

Donc, "ça", c'était la semaine dernière. Durant le WE, nous avions jugé bon de stopper le duphalac (le truc qui lui permettait de faire des semelles plutôt que du bois). Sauf que forcément, le dimanche et le lundi de pâques, c'était reparti pour les séances de "je cherche mes étriers, j'ai besoin pour pousser comme un fou comme un soldat", entre deux bisous avec tonton ou mio ou C. ou MJ ou S ou V. ....

Nefle. On s'est fait avoir comme des bleus, on lui redonné un peu de sirop. Et Haricot s'est vengé du bébé gel au centuple.

Depuis... chaque jour voit son torrent de caca mou déborder du body, remplir le pyjama, s'étaler dans son cou. Parce que maintenant qu'il n'est plus constipé, il pousse toujours aussi fort et il nous expulse ça en une fraction de seconde à une vitesse proche de celle du son. Lui, il se marre, il a droit à deux bains. Et nous au lieu de blogguer respectueusement, on lave au karcher son linge et la salle de bain.

En plus, les taille 5 ne suffisent pas toujours à retenir son pipi la nuit.
On se sent un peu... En fait, on ne sent plus rien, nos narines ont grillé.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Syven 51 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte