Magazine Culture

Ça y est, le deuxième album d’Erwan Castex (a.k.a. Rone) est...

Publié le 23 octobre 2012 par Delicieusemusique @delicemusique

Ça y est, le deuxième album d’Erwan Castex (a.k.a. Rone) est sorti et nous y sommes déjà accro. Trois ans après son premier album (“Spanish Breakfast” en 2009), le français de 32 ans nous renvoie dans ce monde qu’il a construit et qui a fait son succès.

Avec “Tohu Bohu”, Rone ne se contente pas de créer simplement de la musique. Il fabrique en 10 pistes un univers très singulier, spacieux/spacial et oxymorique. Ecouter l’album revient à partir en voyage avec, comme co-pilote, un Rone étrangement familier. En effet, il ne néglige pas ses fans de la première heure et réitère dans l’originalité.

M83, Lone, Gui Boratto… Non, Rone est quand même à part, jouant seul avec la mélancolie touchante de Beast, ses beats breakés sur “King of Batoofam”, et son espace à la grandeur infinie que l’on découvre avec “Icare”. Rythmiquement plus irrégulier, il compose également avec High Priest une chanson aux accents hip-hop. Réussie.

Tohu Bohu est donc bien l’album qui donne de l’air à la rentrée, et ça nous fait du bien !

 —————————————————————————————————

Erwan Castex’s latest album was released only a few days ago and we’re already hooked. It’s been three years since the first album (“Spanish Breakfast” in 2009), and now the 32-year old Parisian is back, bringing us right along with him to this electronic paradise he’s created.

With “Tohu Bohu”, Rone doesn’t just simply create music. In these 10 tracks, he creates a universe entirely of its own. Rone becomes the listeners co-pilot on an unforgettable, ethereal trip. Never disappointing his fans, Rone continues to deliver originality and alluring atmospheric synths.

M83, Lone, Gui Boratto ..No, Rone is nothing comparable. The sentimental melancholy found on Beast, and the breaking beats on “King of Batoofam”; discoveries are infinite with his unique “Icarus”-style. More rhythmically irregular, he also produces a song with High Priest, surprising us with refreshing hip-hop accents. An instant hit.

Tohu Bohu is like the crispness in October’s approaching winter air, a seductive feel-good album.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delicieusemusique 34126 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines