Magazine Culture

La manufacture parisienne à émail stanifère de la rue de la Roquette.

Par Bernard Vassor

faîences parisiennes.jpg

Rue de la Roquette, vue générale de la manufacture.

La fabrique des frères Masson qui posdsédaient de vastes et nombreux ateliers (plus de 6000 mètres carrés) destinés à la confection de faïences"à émail stanifère", c'est à dire contenant de l'étain, pour l"obtention des pots de confiture et de moutarde en faïence ! Etablie rue de la Roquette depuis l'année 1742 à deux pas de la sinistre forteresse elle eut pour fondateur le fameux Ollivier. Passée dans les mains du père Masson qui l'a transmise à ses fils, qui perfectionnèrent et agrandirent considérablement l'établissement près du grenier d'abondance construit sur les ruines de la Bastille. L'usine est la seule dans Paris à organiser et réaliser toutes les étapes de l'extraction des terres, du sable, les sels et les métaux. Des bois de première qualité sont achetés en Bourgogne et savamment préparés pour la cuisson pour alimenter des fours profonds de huit mètres de profondeur. Le malaxage des terres, juqu'aux opérations finales d'enjolivement et de peinture sont également réalisés sur place. Plus de 10 000 pièces sortent chaque jour. Les pigments les plus utilisés sont le bleu de cobalt, le jaune d'antimoine et de plomb, le violet de manganèse, et vert de cuivre. Une machine à vapeur broie les terres et malaxe les émaux

La spécialité la plus reconnue des frères Masson était les faïences décorées sur émail cru.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines