Magazine Musique

Le zouk est bien né d'un croisement entre la biguine et le makossa

Publié le 28 octobre 2012 par Atango

R-2266118-1273307036.jpeg

Le zouk, phénomène musical né au mitan des années 80, est devenu le rythme antillais le plus emblématique. Il est l'héritier direct de la biguine, mais il porte aussi dans son ADN les trois temps rompus du makossa. Le croisement s'est effectué à Paris, où une bande de rats des studios antillais participa de près à l'âge d'or du makossa, avant de créer de toute pièce le zouk, puis le zouk-love.

Comme tout enfant génial, le zouk ne manque pas de parents  plus ou moins revendiqués. En tant qu'avocat du makossa, votre honneur, je ne vous servirai pas de longs discours. Juste cette chanson du génial Guillaume Toto (personne ne démérita jamais autant de son nom de famille).

On trouve au générique de ce pur moment de makossa, qui date de 1985, un certain JC Naimro, un certain J. Ph. Martely et une certaine J. Beroard. Je n'ai à rajouter.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Atango 2043 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte