Magazine Entreprise

Drame de Ford Genk : et si la direction n’était pas responsable ?

Publié le 29 octobre 2012 par Copeau @Contrepoints

Dans la fermeture de l'usine Ford de Genk et les milliers d'emplois qui vont disparaître, la responsabilité des pouvoirs publics est importante.
Par Philippe Bouchat, depuis la Belgique.

Drame de Ford Genk : et si la direction n’était pas responsable ?

Ford Europe a annoncé, mercredi 24 octobre, la fermeture de son site de Genk (Belgique).

Le licenciement des travailleurs chez Ford Genk est une véritable catastrophe ! Et c’est peu de le dire à côté de la souffrance de ces ouvriers, employés, cadres et de leurs familles. Pourtant, je suis convaincu que la responsabilité de ce drame ne se trouve pas dans le chef de Ford, mais bien plutôt des pouvoirs publics et de la politique économique keynésienne qu’ils idolâtrent. Je m’explique.

Le métier d’entrepreneur, grand ou petit, est d’être confronté à des coûts certains et à des recettes aléatoires. Il y a donc un risque inhérent à la fonction d’entrepreneur : lorsque les coûts prennent le pas sur les recettes, l’entreprise est en perte et son existence peut être en péril. Lorsqu’au contraire les recettes prennent le pas sur les coûts, l’entreprise dégage un profit. Ce profit n’est pas un vol, il est à la fois la rémunération du risque pris mais a un rôle bien plus important : payer les travailleurs, rémunérer le capital, investir dans la recherche et le développement ; sans profit, pas d’entreprise, pas d’emploi, c’est aussi simple que ça. Les études économiques montrent que pour un entrepreneur qui dégage du profit, trois autres essuient des pertes et risquent la faillite.

Ces principes étant rappelés, revenons-en au drame de Genk. Bien que l’entreprise dégage un bénéfice de presque 2 milliards de dollars au niveau mondial, les chiffres en Europe sont catastrophiques. Sur quelques années, Ford Genk a vu le nombre d’automobiles vendues divisées par deux, ce qui constitue autant de recettes en moins et donc une diminution substantielle du profit et l’apparition de pertes importantes. Ford Genk, comme toutes les entreprises, n’a aucune emprise sur la conjoncture, frappée du sceau de la crise.  Elle n’a qu’un seul levier à sa disposition : jouer sur les coûts, d’où la décision que l’on connaît.

N’y avait-il donc rien à faire ? Je ne le crois pas ! Les pouvoirs publics ont, selon moi une responsabilité importante. Plutôt que mener une politique keynésienne d’incitation et de relance économique par la demande, nécessairement financée par des hausses de fiscalité et le recours à l’emprunt, ce qui a aggravé l’endettement public, il eût fallu au contraire mener une politique de l’offre par une diminution drastique des charges sociales et fiscales et, surtout, une diminution des dépenses publiques. En un mot comme en cent, c’est réduire la taille de l’État qu’il eût fallu faire ces dernières décennies. Ce faisant, on aurait dégagé des surplus budgétaires réels (non causés artificiellement par des ‘one shots’) qu’on aurait pu investir dans la recherche et le développement, la formation adéquate des travailleurs dans les nouveaux secteurs porteurs (et non dans les industries du passé). Bref, on aurait créé un contexte favorable aux profits des entreprises qui aurait vraisemblablement permis de faire face à une baisse conjoncturelle.

Encore un mot. La littérature économique démontre que le pouvoir d’achat et l’emploi suivent l’évolution des profits, et non l’inverse ! Tant que les pouvoirs publics mèneront une politique qui étouffe dans l’œuf la création de profits, les entreprises n’auront d’autre choix que de jouer sur les coûts, et donc de licencier le cas échéant… Alors à qui la faute ?

----

Ford Genk 0 - brimades d'Etat 1.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog