Magazine Culture

Sans visualiser ni réciter

Publié le 29 octobre 2012 par Anargala

Sans visualiser ni réciter
Je salue l'être orné d'amourEn qui Śiva apparaît simplement,Sans qu'il ait d'abordVisualisé ni récité. 1
Pluie de félicité universelle qui éradique les ténèbres de l'aveuglement, Clair de lune de la conscience,Cette déesse pleine à raz-bord Est unique en ceci qu'elle transcende (tout).
Incité encore et encorePar une foule de ces êtres qui sont ornés d'amourJe vais expliquer brièvementLes hymnes composés par l'auteur des Stances pour la reconnaissance.
L'auteur des Stances pour la reconnaissance est renommé : il est le maître Utpaladeva. Il fut le maître de notre maître. Le fait que notre Soi est le Grand Seigneur lui était évident sans aucune interruption. Parce qu'il désirait intensément fait prendre conscience de cette même vraie nature (aux autres aussi), il composa des vers épars, rassemblés et bien nommés (par la suite de noms) tels que l'hymne qui résume l'essentiel, l'hymne de la transcendance, l'hymne de l'amour. C'est alors qu'un jour il arriva qu'ils furent mélangés. Les ayant trouvés en cet état, Rāma et Ādityarāja en rassemblèrent les fragments et les éditèrent. Quant à Viśvāvartta, l'on dit que, inspiré par notre Soi, il les disposa en vingt hymnes. Ce sont ces hymnes poétiques, à commencer par celui "qui résume l'essentiel", que nous allons élucider ici en nous appuyant sur les commentaires antérieurs.A fin de montre que le souverain bien, c'est d'être absorbé en le Seigneur Suprême, c'est-à-dire la délectation qui consiste à posséder intimement la bonne fortune de la liberté, il énonce un hymne - et non un syllogisme - qui célèbre l'être doué d'amour absorbé jusqu'à l'identité dans le Seigneur Suprême qui est sa vraie nature. Celui "en qui Śiva apparaît tout simplement", sans aucune méthode fondée sur une dualité illusoire (māyā), pour celui-là le fait que notre Soi est Śiva se manifeste en toute son évidence. Il est orné, embelli par l'amour seulement, lequel consiste à être absorbé (en Śiva). Il n'est pas enlaidi par le désir d'autre chose en plus de cela. "Je salue cet être d'amour", de l'amour qui est identité avec le sublime Śiva qui se déploie au grand jour par la force du miracle étonnant / de l'expérience longuement savourée de l'amour, puisqu'en effet, il se dit à lui-même qu'il devient ainsi absorbé en Śiva par Śiva, inséparable de lui. "Simplement ainsi, sans visualiser", etc. suggère la victoire sur les impuretés. Car en effet, il est (vrai que) pour tous les êtres, la visualisation et la récitation orientent vers ce qui est visualisé et récité, de sorte que la forme correspondantese manifeste. Alors que pour "les êtres ornés d'amour", au contraire, c'est sans aucune méthode que le sans -forme qui a toutes les formes, dense nuée de félicité et de conscience, notre vraie nature, notre Soi qui est Śiva, brille à chaque instant. Voilà pourquoi il dit "sans qu'il ait d'abord" : sans qu'il ait d'abord pratiqué une méthode qui serve de cause, sans cause préalable donc. Car en agissant ainsi, il faut bien voir que toutes les pratiques sont "contractées" ; dès lors, ceux qui possèdent la bonne fortune d'être possédés par le Réel comprendront que toutes ces méthodes qui visent notre vraie nature non contracté sont obsolètes. Comme le dit l'enseignement (de Śiva) de la Transcendance de la déesse de l'alphabet, depuis:
En ce qui concerne (notre vraie nature),Tout est bon...
jusqu'à :
...Pour celui qui ne se soucie de rien.
De même, le Chant du Seigneur dit aussi :
Quand je les possède...
Parce que toutes (les pratiques), à commencer par le culte et le sacrifice, sont résumées dans la visualisation et la récitation - qui sont en réalité manifestation et prise de conscience - seuls ces deux là sont mentionnés ici.
Utpaladeva, Une Guirlande d'hymnes à Śiva, expliqués par KemarājaŚivastotrāvalī (édition de Lakshman Joo)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Amsterdam sans marihuana

    Amsterdam sans marihuana

    Pendant les années postérieures à la Révolution de la Power Flower de 1968, lorsque des jeunes universitaires du monde entier se disposaient à changer le monde... Lire la suite

    Par  Cardigan
    CONSO, CULTURE, VOYAGES
  • La lecture sans bouquin

    D’aucuns le savent, j’adore les gadgets électroniques, mon ordi, mon iPhone, mon iPad, ma liseuse, mon Apple TV… Je suis toujours partante pour un nouvel... Lire la suite

    Par  Carmenrob
    CULTURE, LIVRES
  • Femmes sans tête

    Femmes sans tête

    Dans la préhistoire vers -15000 ans, on voit apparaitre de nombreux dessins ou sculptures de femmes sans tête, dans toute l'Europe, du Portugal à la... Lire la suite

    Par  Joseleroy
    BIEN-ÊTRE, CULTURE
  • Beijing S’attaque Aux Sans Papiers!

    Beijing S’attaque Sans Papiers!

    Suite à la tentative d’agression indécente d’une femme chinoise par un visiteur britannique à Pékin dont la séquence vidéo a été vue des milliers de fois sur... Lire la suite

    Par  Centro
    CULTURE, SOCIÉTÉ
  • L'Histoire Sans Fin

    L'Histoire Sans

    genre: fantastique, heroic fantasyannée: 1984durée: 1h35l'histoire:Bastien, un garçon de dix ans, vole un livre intitulé L'histoire sans fin. Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • L'Histoire Sans Fin 2

    L'Histoire Sans

    genre: fantastiqueannée: 1990durée: 1h30l'histoire: Bastien doit à nouveau surmonter les difficultés à l'école et ses rapports houleux avec son père. Il... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

    vaincre sans péril, triomphe gloire.

    Un gros paquet de mots contre une cartouche de clopes. C'est comme ça que tout commence.Oxymor Baulay, journaliste en planque chez les clochards, rencontre... Lire la suite

    Par  Clarabel
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Anargala 10466 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine