Magazine Entreprise

Jerôme Kerviel: retour sur un trader déchu

Publié le 30 octobre 2012 par Edelit @TransacEDHEC

Nous avons tous déjà entendu parler de Jérôme Kerviel et des 5 milliards d’euros qu’il a fait perdre à la Société Générale. Mais comment a-t-il procédé exactement et quelles en ont été les conséquences judiciaires pour lui ?

Les faits

Le 24 janvier 2008, la Société Générale annonça une perte de 4,9 milliards d’euros qu’elle imputa à son trader Jérôme Kerviel. Celui-ci prit en effet pendant plusieurs mois des positions extrêmement risquées de plusieurs milliards d’euros. Il s’agit du métier de trader me diriez-vous. Pas exactement. A l’inverse de ses collègues, il masquait ses positions risquées à ses supérieurs par des couvertures fictives. En janvier 2008, il engagea même près de 50 milliards d’euros dans une spéculation, soit plus d’une fois et demie les fonds propres de la Société Générale, ouvrant ainsi la voie à une faillite de sa banque et à un risque systémique.

Mais comment Jérôme Kerviel a-t-il pu dissimuler autant d’opérations à lui tout seul ? L’ancien trader explique que la Société Générale ne pouvait pas ne pas être au courant. Pour lui, elle l’a laissé faire pour imputer des pertes de 2 milliards d’euros liées aux subprimes. Néanmoins, précisons qu’avant d’être trader, il travaillait au middle-office de la Société Générale, là où sont contrôlées les opérations des traders. De ce fait, il connaissait mieux que quiconque les procédures de contrôles et pouvait mieux les contourner.

Le procès

Le procès de Jérôme Kerviel s’ouvre le 8 juin 2010 devant le tribunal correctionnel de Paris. A la justice alors de juger si l’ancien salarié de la Société Générale a trompé sa hiérarchie ou si celle-ci a fermé les yeux sur ses opérations. En première instance, le 5 octobre 2010, il est tenu pour seul responsable. Le parquet le rend alors coupable de faux et usage de faux, d’abus de confiance et de fraude. Cela le mène à une condamnation de 5 ans de prison, dont 3 ferme et à des dommages et intérêts d’un montant de 4,9 milliards d’euros, soit la perte qu’il a causée à la Société Générale. Le 24 octobre 2012, la cour d’appel confirme dans son intégralité le jugement et le quantum de première instance. Désormais, Jérôme Kerviel compte se pourvoir en cassation.

Cette décision étonne beaucoup et plus particulièrement à l’étranger. La presse américaine souligne qu’il n’est pas rare aux Etats-Unis que des cols blancs encourent 10 à 20 ans de prison pour fraude. A l’inverse, exiger 4,9 milliards d’euros de la part d’un seul homme parait absurde. Le blog du Wall Street Journal juge par ailleurs que Jérôme Kerviel aura besoin de 180.000 années pour payer son dû.  Dit plus simplement, l’ancien trader paiera toute sa vie pour son délit. Plus surprenant encore est la décision de faire porter le chapeau à un seul homme. Le Financial Times s’attendait par exemple à ce que la Société Générale soit tenue en partie responsable de la fraude mais la justice la considère jusqu’à présent plus comme victime que comme coupable.

La décision peut surprendre, certes, mais n’oublions pas qu’elle n’est pas définitive ; tout peut encore se jouer devant la cour de cassation.

Marjolaine Basuiau


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Edelit 18215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte