Magazine Culture

Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse de Louise Erdrich

Par Sylvie

ETATS-UNIS -2001

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/1/6/9782253124610.jpg

Editins Albin Michel

L'un des premiers romans de Louise Erdrich, la grande romancière américaine, aux origines indiennes. Sa mère était ojibwé, tribu indienne du Dakota du Nrd. Son père, d'origine allemande. Elle est avec Sherman Alexie, la grande voix de la littérature d'outre-atlantique. 

Elle est propriétaire d'une petite librairie indépendante dans le Minnesota. Son oeuvre met en scène les communautés indiennes du Dakota ; lyrisme et "réalisme magique" à la Garcia Marquez sont les maîtres mots d'une voix reconnue comme l'une des grandes plumes américaines. 

Je l'avais découvert avec La malédiction des colombes, une oeuvre chorale et lyrique autour d'un lynchage d'indiens. Faisant fi de toute chronologie, usant de la polyphonie, narrant l'histoire de plusieurs générations aux ramifications multiples, Louise Erdrich n'est pas très facile à apprivoiser ! Il faut s'accrocher mais le plaisir est au bout, avec la découverte de passages magistraux. 

Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse, finaliste du National Book Award, a fait entrer Louise Erdrich dans la cour des grands. Moins lyrique peut-être que le roman cité ci-dessus (qui lui est postérieur) mais beaucoup plus fantaisiste ; c'est pour cela que l'on a évoqué Garcia Marquez. 

L'histoire se déroule sur plus de 80 ans, de 1910 à 1996 et relate "l'évangélisation" un peu spéciale d'un village indien du Dakota du Nord, Little No Horse. Le roman débute en 1996 : le père Damien, dans sa petite église, âgé de plus de cent ans,écrit depuis plusieurs années au Saint-Père au Vatican pour lui signaler des miracles pas très catholiques...Quelques pages plus loin, flash back en 1910. Agnès, prise de crises mystiques au couvent, en jouant un morceau de Chopin au piano, se promène nue au couvent. Expulsée, elle trouve refuge chez un fermier d'origine allemande...avant de se faire enlevée par un braqueur de banque...et d'endosser les habits d'un prêtre...Car, c'est cela la supercherie et le miracle : Père Damien est une femme cachée....

En 80 ans, Père Damien-Agnès, aura réussi à évangéliser à sa manière le village indien, tout en respectant les traditions magiques des autochtones.

Personnage au grand coeur, doutant parfois de ses méthodes si peu orthodoxes, il sera devenu l'emblème de ce village, l'ami des indiens.

Parmi les autres personnages, mentionnons le patriarche Nanapush, génial de truculence, retrouvé par Damien à moitié mort de faim dans les bois, se cherchant ensuite de multiples femmes...Le passage le plus sublime est sans aucun doute le récit de sa mort, à la fois burlesque et tragique (oùil est question d'oignons et de pets !). Du grand art !

Sans oublier les émissaires du Vatican, de pauvres prêtres amoureux, une soeur qui martyrise ses semblables...

Et c'est tout cela, le talent de Louise Erdrich. Sur plus de 500 pages, elle nous perd au sein de tous ces personnages : mariages multiples, mort miraculeuse, amours clandestins...Mais elle nous scotche avec des passages sublimes tels la mort de Nanapush et le braquage de la banque. 

Bienvenue dans le monde des hallucinations truculentes, fantaisistes ou apocalyptiques.

Acceptez-vous de vous y perdre un peu...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sylvie 700 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines