Magazine Culture

Attention au gros méchant Looper !

Publié le 04 novembre 2012 par Wtfru @romain_wtfru

Résumé Looper c’est comme expliquer les fractacles cela semble faisable au départ, mais au final on s’emmêle vite les pinceaux. Comme tout bon film de science fiction qui se respecte, le dernier film de Rian Johnson ( faites semblant de le connaitre car il n’a rien fait de conséquent avant Looper ) utilise comme décor une Amérique post-apocalyptique qui semble tout droit sortit de nos pires cauchemars. Certaines scènes font penser à d’illustres ainés comme New-York 1997.

Attention au gros méchant Looper !

 Dès lors, faut-il se déplacer pour aller voir ce film d’anticipation. Oui c’est une certitude, en période de vaches maigres, ce Looper vaut bien quelques pièces de ton livret A. Pour plusieurs raisons évidemment. Tout d’abord, pour la qualité du casting avec un Bruce Willis qui n’est jamais aussi bon que dans ce genre de film ( ndlr « l’armée des douzes singes », « Clones », …). Personne ne boudera son plaisir à le voir exploser à coup de mitraillettes une douzaine de méchants avec un petit regard en coin.

Le reste des acteurs sont à la hauteur. Commençons pas Joseph Gordon Levitt qui après Inception et le très beau 50/50 sort une performance sobre mais éfficace. Complétez avec Paul Dano, Jeff Daniels et Emily Blunt et la mayonnaise commence à prendre plus que sérieusement. Mais revenons donc à nos moutons. Les looper sont donc employés par la pègre afin d’effacer les personnes gênantes dans le futur depuis le passé. Un champ, … une bache … clic, clac, … un homme apparait, … un balle dans le buffet et on rentre à la maison. Ainsi la tâche des loopers est aisé ne vous attendez pas à avoir des rois du pistolet en face de vous. 

Attention au gros méchant Looper !

En effet, ce metier est un échappatoire dans une société qui n’en offre pas. Lorsque la boucle est bouclé, on renvoie au looper sa propre personne qu’il descend avant d’encaisser un gros chèque et de pouvoir vivre les 30 années lui restant. Pour le reste n’en demander pas plus, car comme le résume Bruce Willis pour expliquer cette situation « on pourrait parler pendant des heures des effets liés à la machine à remonter le temps, sans en savoir beaucoup plus ». Ainsi il nous met en garde, la gestion du temps et le rapport entre le jeune Joe ( JGL ) et le vieux joe (BW) ne sont pas un élèment déterminant de l’intrigue.

Mais malheureusement, c’est ici que le film pèche en négligeant cet aspect ainsi l’intrigue avance et certains éléments ne tiennent pas clairement entre eux. Comme l’histoire de cet enfant qui maitrise la télékinésie ou le fait que les actions des deux Joe semblent être liés sans que cela n’ai parfois d’incidences réel sur l’un ou l’autre. Mais ne boudons pas plus longtemps notre plaisir, nous sommes tout de même en face d’un bon film qui à le mérite d’être plutôt bien construit et conduit avec un rythme élevé et agréable pour le spectateur.

Attention au gros méchant Looper !

Pour résumer, si tu aimes les voyages dans le temps, les chauves qui déboitent, les pouvoirs surnaturels et les chassés croisés entre passé, présent et futur, Looper est fait pour toi. Le dernier film qui était vraiment à la hauteur dans le même genre s’appelait Inception. Donc si tu rates celui là il faudra attendre 2014 pour se mettre un truc correct sous la dent.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine