Magazine Cinéma

J'enrage de son absence, de Sandrine Bonnaire

Par Celine_diane

[Critique] J’ENRAGE DE SON ABSENCE de Sandrine Bonnaire
On aime bien Sandrine Bonnaire. Son humanité, sa sincérité, sa façon de regarder en face les troubles, d’user du réalisme et du dépouillement pour aller à l’essentiel. Ses talents, mis au service du documentaire, ont offert il y a cinq ans le sensible Elle s’appelle Sabine, sur sa sœur autiste. Un premier essai bouleversant, parsemé d’éclairs de génie. Pour sa première incursion dans la fiction, elle choisit un sujet personnel : l’histoire d’un homme qui a hanté son enfance. William Hurt, son ex-époux à la ville, incarne ce personnage ambigu, sombre, tourmenté. Pas un hasard. Bonnaire aime marier le cinéma à l’intime, le script d’une fiction aux accents de la vraie vie. Pas un hasard non plus si elle a choisi Alexandra Lamy, sorte d’extension d’elle-même, pour incarner une jeune femme tiraillée entre passé et avenir, tentatives de résilience et incapacité à oublier. A chaque fois que l’actrice apparaît à l’écran, c’est Sandrine que l’on voit, cette même rage intérieure, cette même capacité à en dire beaucoup avec peu de moyens. Après son personnage de mère dans Ricky de Ozon, Lamy s'impose à nouveau sur le terrain du drame. C’est définitivement un beau cadeau qu’a fait Bonnaire à cette dernière. D’ailleurs, c’est réellement sur les prestations respectives des acteurs que repose J’enrage de son absence : sur l’alliance de leurs douleurs, sur les tableaux sublimes qu’offrent chacune de leurs apparitions communes. 
Pour le reste, le film peine à captiver l’attention sur le long terme. Au début, la réalisatrice parvient à garder en éveil les sens, attiser la curiosité, articuler son drame autour de la figure de l’enfant-mort. Le deuil, la perte, le chagrin qui y est associé. L’histoire de cet ex-couple, endeuillé par le décès de leur enfant, tient debout. L’homme (Hurt), qui commence à vouer une fascination maladive pour le nouvel enfant de la femme (Lamy), intrigue, séduit, repousse. C’est un protagoniste qui s’infiltre, un mal que l’on cache, tapi (symboliquement) dans la cave, dans l’inconscient d’une famille sans histoire. Avec une volonté de réalisme, directement inspirée des cinéastes avec lesquels Bonnaire a travaillé (on pense souvent à Chabrol), la réalisatrice n’y va pas par quatre chemins, c’est sans pathos aucun, sans misérabilisme qu’elle pose des larmes sur le visage rongé de douleur de Hurt, qu’elle ose se confronter à la difficulté de parler du deuil. Dommage qu'une fois piégé dans un schéma redondant dont il ne semble plus pouvoir sortir, le film opte pour un final un peu grotesque, pétard mouillé qui ne tranche pas vraiment entre drame et thriller. Chabrol, lui, allait jusqu’au bout. 
[Critique] J’ENRAGE DE SON ABSENCE de Sandrine Bonnaire


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Celine_diane 512 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines