Magazine Cinéma

La Traversée, de Jérôme Cornuau

Par Celine_diane

[Critique] LA TRAVERSEE de Jérôme Cornuau
La Traversée n’est pas un film facile à vendre : prenez le réalisateur de Bouge !, Folle d’elle ou Les Brigades du tigre, rajoutez-y dans le rôle principal un acteur décrié (Michaël Youn), et jetez le tout dans une intrigue tarabiscotée, mi fantastique, mi policière autour d’un jeune couple dont la petite fille de huit ans disparaît sur une île écossaise avant de réapparaître mystérieusement deux ans plus tard. Cela vous donne envie ? Non ? Pourtant, vous auriez tort de vous en priver tant La Traversée est un beau film atypique, hanté par les ombres de Lynch, Polanski ou bien Kubrick. Oui, Cornuau est un bon cinéaste, Youn est un très bon acteur dramatique. C’est dit. Pour ceux qui l’ont vu, le film rappelle le plus souvent une petite pépite espagnole méconnue, à savoir Hierro de Gabe Ibáñez sur un sujet similaire : même sensation d’étouffer dans un cadre insulaire, même mélancolie sensible, même colère enfouie. Parce qu’il a su bien s’entourer (les excellentes Emilie Dequenne et Fanny Valette), et digérer bon nombre de classiques, Cornuau est crédible sur toute la ligne : le chagrin d’un père, l’enquête sur un ferry, l’incursion dans le fantastique, la peinture du mal-être d’une rock star, et même le dénouement final. 
En faisant confiance à Michaël Youn, Cornuau ne s’y est pas trompé : l’acteur est vraiment époustouflant dans le rôle de ce père en crise, rongé par la peine. Son errance, son voyage, sont fortement influencés par tout ce qui s’est fait de bon ces dernières années : la chanteuse blonde a des allures de la Patricia Arquette de Lost Highway, l’errance de l’homme rappelle The Ghost Writer de Polanski. Cornuau a travaillé à fond et son sujet et sa mise en scène, misant tout sur une atmosphère de spleen (merci aux décors propices de l’Ecosse) et de désolation onirique. C’est avec plaisir que l’on se perd alors au cœur des traumas, des inconscients, des refoulements d’une galerie de protagonistes bien tenus, bien traduits en image, et bien pensés. Une petite surprise que l’on n’attendait pas. 
[Critique] LA TRAVERSEE de Jérôme Cornuau


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Celine_diane 512 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines