Magazine Concerts & Festivals

Raphael Gualazzi : coup de coeur (absolu) direction l'Italie #ChroniqueDécouverte

Publié le 06 novembre 2012 par Notsoblonde @BlogDeLaBlonde

raphael_gualazzi-reality_and_fantasy-cover.jpg

Ah ça merci la vie, alors que je jetais mon dévolu sur la destination de notre escapade de fin d'année, histoire de fêter la nouvelle année un peu loin de chez nous (enfin pas trop non plus, hein, question de budget)(bienvenue chez les filles un peu fauchées qui rament pour mettre de côté de quoi s'évader de temps en temps) avec Swann, nous sommes tombées d'accord sur l'Italie.

J'adore ce pays. Pour tout un tas de raisons que je n'ai pas envie de relater ici parce qu'il me semble m'être déjà épanchée sur la question dans un autre billet (je viens de chercher, je ne le retrouve pas, mais j'évoquais déjà mon amour pour ce pays ici, en tout cas). Et j'aime beaucoup les gens qui y vivent qui, en tout cas c'est l'impression que j'ai systématiquement quand j'y vais, sont plus expansifs, plus souriants, plus attentifs à l'autre qu'ailleurs. Si. Laisse moi rêver. C'est l'Italie que je me suis fabriquée, en tout cas.

Et donc, alors que ça commence à faire un petit moment que je n'y ai pas mis les pieds, je vais bientôt y retourner (yeeha)(oui, bon, j'avoue, j'avais besoin de le dire je suis trop contente pour garder ça pour moi alors je lâche l'information ici) et, comme si souvent, alors que je n'ai pas écouté de chanson italienne depuis fort FORT longtemps (si ça ne te dérange pas je ne compterai pas les morceaux interprétés par Piers Faccini dans sa langue natale lors du festival Kiosquorama parce que lui, il est hors-concours)(chouchou) et là, que vois-je apparaitre sur mon mur de bon matin?

Un lien.

De Florent (oui-oui, le même dont il était question hier)(source imparable de bon son).

Vers cet artiste italien : Raphaël Gualazzi.

J'écoute.

J'adore.

J'essaie donc d'en savoir plus.

J'apprends que le jeune homme a participé à l'Eurovision (en tant que représentant de l'Italie. Bah oui) en 2011 avec ce titre (Madness of love)(à ce propos, je serais lui, je ferais un procès à celui qui a choisi la photo de sa page wiki)

Et il ne s'est classé que second, le garçon. Tu le crois ça? Horreur-malheur-abomination mais quel est donc l'artiste qui lui a ravi la victoire méritée? Je vais voir...

OMG c'est ça! De la soupe, quoi!

Voilà qui ne me réconcilie pas avec cette compétition-à-la-***. Bref. 

J'apprends par la même occasion que son album est sorti chez Blue Note (mais COMMENT suis-je passée à côté, hein, dis-moi, COMMENT?)(je t'écris alors que je viens tout juste d'apprendre que j'ai raté John Forte au Lucernaire hier soir et je pense qu'il va me falloir 24 h pour m'en remettre. Arf)(je rate tout en ce moment bon sang!)

A l'écoute de l'album (très riche), je découvre l'immense talent de Raphaël qui mêle jazz et pop et sait aussi bien interpréter des morceaux à la douce mélancolie que des titres dansants au possible (New Orleans, wahow!). Je craque!

Cet artiste là a un sens du rythme -et de la rupture de rythme- qui fait du bien et sait truffer ses titres d'effets vocaux ou musicaux qui réveillent. Parfait remède à l'ennui en cette triste saison qui s'installe, l'album de Raphaël Gualazzi va clairement s'imposer comme mon fidèle compagnon de route pendant un bon moment (sortie de l'hiver incluse? Je crois que oui)


Difficile de faire un choix parmi ses titres tant ils rivalisent de groove et d'originalité souvent, pas transcendante, non, discrète, parsemée ça et là, comme un exhausteur de son qui tombe toujours à point nommé.

Parfait (perfetto) en somme.

(Par contre il faut faire quelquechose pour ce clip, tu en conviendras, non?)(Si)

Tu veux que je te dise ce que je préfère chez cet homme? C'est qu'il me semble avoir cette ambition de désenclaver le jazz, musique devenue malgré elle, souvent réservée à une certaine élite (intellectuelle j'entends). Apportant des teintes blues, soul ou carrément pop au chant ou à ses mélodies, Raphaël Gualazzi réussit le pari de livrer un album haut en couleurs qui ne lasse jamais et, au contraire, ravit à chaque nouveau titre. 

Avec un sens inné du refrain qui fait mouche, il capte l'attention et déclenche rapidement une véritable addiction (je parle de mon cas mais je n'hésite pas une seconde à généraliser). Qu'il chante en italien ou en anglais, le charme opère et il n'y a qu'à se laisser aller.

Pour en savoir plus, c'est par ici que ça se passe, sur son site officiel qui a le bon goût d'exister en version française et anglaise. (Puisque je te dis que ce garçon est parfait!)(ah oui alors après vérification, chez moi en tout cas, la version française ne fonctionne pas)(ne sont-ce pas les petits défauts qui font tout le charme d'un artiste, aussi?)

Bon je te laisse avec Raphaël, dont tu peux te procurer l'album ici. Investis, l'ami(e), il le vaut bien. Et en cadeau de Noël ça me parait TELLEMENT indiqué que j'ose à peine te le conseiller, tu y auras sans doute déjà songé de toi-même!

Allez hop je file.

A bientôt

XO


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Notsoblonde 14722 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte