Magazine Concerts & Festivals

#Découverte : Anouk Aïata, l'ensorceleuse

Publié le 19 novembre 2012 par Notsoblonde @BlogDeLaBlonde
anouk-aiata-300x270--2-.jpg Anouk Aïata est une interprète. Une vraie. De celles qui sont habitées par les mots qu'elles chantent. Et, inutile de se mentir, ce n'est pas si fréquent que ça dans le paysage musical français et mérite donc d'être souligné. Je l'ai découverte avec "pourquoi regardes tu la lune?" en lançant son EP puisqu'il s'agit du premier titre de ce disque. Bon, déjà :  il y a du banjo qui depuis toujours me fait un effet tout particulier. C'est un des instruments qui m'évoquent le lointain, l'évasion, le dépaysement et il se trouve qu'il se marie merveilleusement bien avec la voix cristalline d'Anouk Aïata. Dès ce premier morceau, j'étais sous le charme. La suite ne m'a pas déçue. anouk.jpg Crédit photo : @Jill Joujon Le voyage et le mélange des inspirations qu'il implique, c'est un fil conducteur sur cet EP. Qu'il s'agisse de chanter dans une autre langue ("Naci en alamo", "I forgot to love") ou d'utiliser des mélodiées venues d'ailleurs (tziganes  sur "errer", du swing relevé d'une pincée de ragga  sur "I forgot to love", le banjo et son évocation du grand ouest sur "Pourquoi regardes-tu la lune?"), Anouk Aïata prend soin de dépayser l'auditeur. Touche à tout de génie, elle visite les territoires musicaux qui l'attirent et il en ressort un mix personnel, irrésistible d'élégance et de créativité mêlées.
Anouk Aiata "Pourquoi regardes-tu la lune"... par robertopeur Sur la reprise de Naci En Alamo, qu'on avait pu découvrir sur la B.O. du film Vengo de Tony Gatlif, on découvre un son qui évoque le flamenco et qui prend presque des accents de fado tant le chant d'Anouk Aïta y ajoute une teinte mélancolique (mais radieuse) puissante. Mais attention, Anouk Aïata c'est en fait un duo : une voix de sirène, de celles auxquelles il est impossible de ne pas succomber, celle d'Anouk et un violoncelle, celui d'Amos Mâh. Un duo qui écrit -à quatre mains- textes et compos. Tour à tour mélancolique et joyeuse, la musique d'Anouk Aïata nous embarque pour un voyage au long cours, fait de belles rencontres, sonores et lexicales.  Cet EP est une véritable invitation au voyage, une invitation à vivre l'exil comme une chance, à considérer l'altérité comme une richesse et le métissage culturel comme un trésor. A découvrir sans tarder ici...

I Forgot to Love - Anouk Aïata and the feathered trees. from numerized studio on Vimeo.

Les dates de ses prochains concerts sont à retrouver ici.

Jolie découverte pour démarrer la semaine, non?

(Si!)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Notsoblonde 14722 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte