Magazine Culture

RIP Pete Sims " La Roca " (1938-2012)

Publié le 21 novembre 2012 par Assurbanipal

 

La photographie de Pete Sims " La Roca " est l'oeuvre du Résistant  Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Lectrices percussives, lecteurs percutants, je vous ai déjà parlé du batteur Pete Sims dit La Roca ( Pete La Roca, ça faisait mieux pour jouer du Latin Jazz) comme leader de son groupe en concert au Duc des Lombards et comme troisième homme du trio de Sonny Rollins en 1959, Henry Grimes (contrebasse) étant le deuxième.

Voici qu'il nous quitte,  le 20 novembre 2012, parti jammer avec Tony Williams, Elvin Jones, Kenny Clarke, Max Roach, Art Blakey. Pete Sims avait la tête dure. Il n'avait pas choisi son pseudonyme pour rien. Déçu de ne pas gagner sa vie avec la musique, il reprit des études de droit, devint avocat spécialiste du droit d'auteur et fit condamner Blue Note pour avoir réédité son album " Basra " sous le titre de " Bliss " et l'avoir attribué au pianiste Chick Corea. Le show busines, comme tois les business, n'aime pas les gêneurs. Pete Sims La Roca ne jouait pas assez, n'était pas assez reconnu. Il était l'étape entre le jeu d'Elvin Jones et celui de Tony Williams, un des Pères de la batterie de Jazz moderne. Trop peu de musiciens et d'auditeurs le savaient.

Dans la discothèque de l'amateur de Jazz raffiné, il doit y avoir " Basra " et " Turkish women at the bath " de Pete La Roca comme il doit y avoir le pianoless trio de Sonny Rollins avec Pete La Roca. Quand vous entendez un musicien ou un mélomane dire que le batteur est une brute qui pense et joue avec ses pieds, faites le taire en lui faisant écouer Pete Sims La Roca.

Juan Carlos Hernandez, photographe exclusif de ce blog, l'a bien connu. Il m'avait écrit que Pete avait apprécié mon article sur son concert et regretté de ne pas en avoir eu plus de ce genre dans sa carrière. Ca l'aurait aidé à se défendre. J'avoue que je suis fier d'un tel compliment. Je vous renvoie à l'article de mon fidèle complice Juan Carlos Hernandez pour en savoir plus sur ce Géant méconnu du Jazz.

Trêve de bavardage. Place à la musique. 1964. Jim Hall (guitare électrique), Steve Swallow (contrebasse), Pete La Roca (batterie): " I am getting sentimental over You ".


Retour à La Une de Logo Paperblog