Magazine Beaux Arts

"Don't Bend! Ascend!" (by Cyril)

Publié le 26 novembre 2012 par Lifeproof @CcilLifeproof

Gybe_04

Le 08 novembre j’ai été voir Godspeed You ! Black Emperor, groupe de post-rock canadien, au SO36, Oranienstraße 190, Berlin. C’était la 4ème fois que j’allais les voir en live. Je me rappelle encore clairement des 3 fois précédentes : la première, à Lyon, fût magique et pleine de grâce, la deuxième, à Stuttgart, fût dure, agressive et brute, la troisième, à Nancy, fût sympa mais décevante et molle. Aussi je ne savais pas trop à quoi m’attendre ce soir-là.

Gybe_01

Le concert débuta par un long drone, autrement dit une grosse plage de nappes sonores ambiantes, parfois bruitistes. Les images suivirent, car chaque performance de GYBE s’accompagne de projections de films analogiques, le plus souvent en noir et blanc. De grosses textures granuleuses noires/grises ouvrirent le bal. Ça dura une éternité sans être trop compliqué à supporter, mais quand même ça dura. Après bien 10/15 minutes ainsi, le groupe entama le premier morceau de leur nouvel album "Allelujah! Don't Bend! Ascend!" (http://www.youtube.com/watch?v=IEsdiiYkhT8). C’était bien, mais ne provoqua pas grand-chose en moi et le tout se conclut par un riff oriental beau mais pas très surprenant pour ce style musical. Bref, timide mais sympa. Suivit un morceau issu d’un album plus ancien. Il fût exécuté à merveille et la salle commença à se tinter d’une atmosphère printanière, réconfortante et très touchante. Je sentais le tout m’envelopper, les images et le son. Un "hope", comme gravé dans du carton noir, assura la transition entre la première séquence d’images abstraites et la nouvelle plus bucolique avec des champs en fleurs, des bois, etc. Cet espoir que l’on retrouve toujours à un moment donné pendant un live de GYBE, laissa alors place à un morceau massif, cyclique et sombre. Le printemps, l’été laissèrent la place à la fin de l’automne puis à l’hiver, époque de l’année où l’on se tapit sous terre, engourdi, assommé à l’affût des grondements terrestres. La masse sonore poisseuse se répétait et devint ennuyante comme une vie souterraine, privée de couleurs, de lumière. Un nouveau drone s’installa et bourdonna, figeant les choses, puis après plusieurs minutes de cette configuration sonore assommante, la batterie vint battre de grands coups et le groupe reprit sur une note très grave, comme si une suite de sentences tombaient. L’espoir enterré, le temps fût à la tourmente, à l’enfer sur terre, à un Sisyphe qui croulerait davantage encore sous le poids de son rocher. Ça calme et surprend car GYBE ne nous avaient pas vraiment habitué à ce genre de couleurs sonores, pas autant du moins. Les rythmes très posés, nets, suivirent une cadence moyennement élevée. La mise en place fût assez rapide, efficace, la tension maintenue durant un bon moment, mais bizarrement le tout finit par se ratatiner sur soi-même, un peu comme si l’on avait trouvé une force obscure pour se redresser et vivre mais que ça ne devait pas nous transporter bien longtemps. S’ensuivit à nouveau une plage de sonorités abstraites, cette fois-ci plus brève que les précédentes et le thème d’avant fût repris sans relâche. À la fin de celui-ci les instruments rythmiques gardèrent le riff même si la batterie, ainsi que les percussions breakaient pas mal, mais elles assurèrent la continuité, la structure, tandis que les guitares, violons et violoncelles partirent dans des directions opposées qui finirent par se rejoindre pour mieux se fuir à nouveau. On se serait cru en plein mois de mars à la merci des giboulées. La tête dépassait juste des nuages mais le reste du corps restait à la merci des éléments déchaînés, les pieds scellés au sol. Ça fichait le tournis et plutôt que de vous envelopper, la musique climatique de GYBE s’imprimait en vous, vous traversait, vous transperçait. Puis à nouveau une accalmie, une brise qui sentait le soleil mais cette fois avec un relent de mélancolie. Normal ce que l’on pensait être la conclusion habituelle, à savoir une musique douce et rassurante, presque une comptine, céda rapidement la place à un thème dramatique, tel un été de plomb, cuisant, au parfum industriel. Le tout démarra lentement puis à mesure que l’on s’enfonçait dans ce dernier morceau le rythme s’accélérait et devint galopant. On pouvait alors reconnaître un train qui s’emballe et qui finit sa course dans un énorme fracas, ce point d’orgue passé, l’agonie se fit entendre, la plainte du métal durant de longues minutes. 2h, presque 2h30 s’écoulèrent et un large spectre de sentiments, de ressentis m’avait habité comme rarement durant un concert. J’avais l’impression d’avoir participé à une sorte de rétrospective très dense des 12 dernières années. Je ne saurai dire si c’était bien ou pas. Je crois que c’est impossible de résumer aussi simplement ce qui s’est passé ce soir-là. La seule chose que je peux affirmer, c’est que cela faisait un moment que je n’avais plus vécu une telle expérience musicale, un tel concert imbibé de sa propre époque. C’était mon concert de Godspeed You ! Black Emperor et le votre sera certainement différent.

Gybe_02

Gybe_03

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Infos :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Godspeed_You!_Black_Emperor

"Allelujah! Don't Bend! Ascend!" album complet à écouter en streaming : http://www.youtube.com/watch?v=IEsdiiYkhT8


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lifeproof 5971 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines