Magazine Cinéma

Horton

Publié le 30 décembre 2012 par Olivier Walmacq

Horton est un éléphant assez fantasque et ayant pour seul ami Morton une souris. Un jour, il découvre qu'une poussière possède tout un monde. Il va essayer de le préserver face à ses détracteurs...

Affiche Suisse - Horton

La critique poussiéreuse de Borat

Le Dr Seuss n'a pas eu beaucoup de chances avec le Cinéma. Si en dessin-animés, il a réussi à fédérer beaucoup de monde (notamment avec l'adaptation du Grinch par Chuck Jones, mythique créateur de Looney Tunes dont Vil Coyote et Bip Bip), en live, ce fut nettement moins le cas. Vous devez bien vous souvenir du film de Ron Howard ou du Chat chapeauté, où Jim Carrey et Mike Myers se retrouvaient avec quinze tonnes de maquillage pour un résultat affreux. Conscient que cela ne marchait pas en live, les gars d'Hollywood sont revenus à l'animation, genre beaucoup plus imaginatif et crédible pour adapter le monde de Seuss. Vous avez probablement entendu parler du Lorax cet été, mais avant cela il y avait Horton. Produit par Blue Sky (les créateurs de L'âge de glace et du futur Epic) et la Fox, le film marchera du tonnerre aux States, mais quasiment pas à l'international. Décidemment, le monde du Dr Seuss, pourtant pas plus américain que les super-héros, n'arrive pas à s'exporter. En France, on ne s'en étonne pas trop. Jugez plutôt. En VO, l'éléphant éponyme est incarné par Jim Carrey, accompagné par Steve Carell, Will Arnett, Seth Rogen, Jonah Hill et Isla Fisher. En VF, on doit se taper Dany Boon en fond sonore.

Affiche USA - Horton

Pourquoi? Tout simplement parce que le bonhomme venait de faire plus de 20 millions d'entrées quelques mois plus tôt et que les distributeurs savent toujours prendre les gens qui ont la côte au bon moment. Idem encore récemment avec Ted et Joey Starr. Bref, ça donne vraiment envie de voir le film en VF, malgré la présence de doubleurs confirmés comme Richard Darbois, Annie Milon, Jerôme Pauwels (voix de Jeremy Renner) ou Claire Guyot. Inutile de vous dire que le film est quasi-entièrement plombé par la présence de Boon dans le rôle principal. Non seulement sa voix ne colle pas du tout au personnage, mais en plus, il s'en donne à coeur joie dans ses fameuses intonnations dont on se serait bien passé. Il en fait des tonnes, caricature le personnage au possible et ça ne marche jamais. N'a pas le talent de Jim qui veut. L'humour du film en perd considérablement, comme si ce n'était pas le seul défaut du film. Ainsi, outre Horton, d'autres personnages se révèlent particulièrement lourdingue. Le personnage du vautour par exemple, insistant toujours sur une situation ou encore le maire de Whoville qui en fait des tonnes également, en rajoutant des couches à un humour parfois limite, voire pour très jeunes enfants.

Affiche USA - Horton

Outre cela, l'humour ne marche jamais, preuve en est avec le passage plombant du pont qui s'écroule et notamment le passage où Horton souffle dans sa trompe pour être léger. Non seulement ce n'est pas drôle, mais la séquence est tellement rallongée que cela en devient pénible. Finalement, Jimmy Hayward et Steve Martino sont tombés dans le même piège que Ron Howard. A force de faire dans la guimauve et l'humour lourdingue, les réalisateurs n'y arrivent pas et ne parviennent jamais à s'imposer dans le paysage. Néanmoins, il faut bien avouer que le thème de la tolérance cher à Seuss est toujours bien présent. En effet, Horton va se trouver contre Mme Kangourou, la bien-pensante du coin, ce qui conduira les autres habitants à une sorte de fanatisme. Idem chez le maire incompris par ses pairs. Dommage que ce message ne soit pas plus présent au détriment d'un humour pénible. Mais s'il y a bien un point fort (et c'est souvent le cas dans les films Blue Sky, au détriment d'un scénario preuve en est avec certains épisodes de L'âge de glace), c'est l'animation qui prime. C'est de toutes beautés que ce soit au niveau des décors ou des personnages, et même de la fluidité de l'action. Preuve en est avec la séquence dans le champ de fleurs violettes. Un grand point fort.

Affiche USA - Horton

Un film d'animation très beau mais jamais drôle, ni réellement intéressant.

Note: 7/20

Note naveteuse: 13/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines