Magazine Cinéma

God of War Ascension – premières impressions de la beta multijoueur

Par Repostit @S2PMag

god-of-war-ascension-une

Lorsqu’en 2005 le studio Santa Monica lâcha sa première bombe God of War, tout le petit monde adepte du jeu vidéo made by Sony découvrit Kratos, ce héros dont la première aventure fit l’unanimité auprès des joueurs. Ce premier essai des plus réussis laissait présager un bel avenir à ce nouveau héros sorti de nulle part et nous attendions donc la suite avec la plus grande impatience, ayant bien compris que les bases qui amèneraient notre Spartiate préféré au Panthéon des personnages de jeux vidéo avaient été posées. En effet, peu de séries se bonifient au fil des épisodes mais le moins que l’on puisse dire c’est que GoW fait partie de ces quelques perles capables de scotcher les gamers les plus exigeants à leur écran, proposant à chaque volet une histoire épique à souhait, repoussant sans cesse les limites de la console un peu plus loin en affichant des paysages toujours plus grands, toujours plus beaux. Bien que le beat’em all soit par définition un genre se jouant seul ou en co-op, la prochaine épopée de Kratos, annoncée pour le 12 mars 2013, opérera un virage inattendu pour cette franchise en proposant cette fois-ci, en plus de la classique campagne solo, également un mode multi. Nous avons pu nous essayer avant tout le monde à la version beta de ce nouveau mode et vous livrons ici nos premières impressions.

Ton Dieu tu choisiras et corps et âmes tu lui voueras

20297001_copy

L’arène des Dieux !

C’est en arrivant dans une grande cour ouverte située quelque part sur l’Olympe que l’aventure débute. En nous retrouvant face à d’énormes statues des Dieux Arès, Hadès, Zeus et Poséidon, nous devons choisir de prêter serment d’allégeance à l’un ou l’autre de ces derniers (dans cette beta, seuls Arès et Zeus sont sélectionnables), chacun donnant droit à des pouvoirs bien spécifiques. Après avoir choisi son maître, un petit didacticiel démarre, expliquant les principaux coups normaux et spéciaux de notre personnage et proposant de les mettre en pratique via un petit combat à mort faisant office de mise en bouche. Jusqu’ici rien de dépaysant, ça reste du GoW tout ce qu’il y a de plus classique et ce tutoriel fait office de piqure de rappel. Une fois ce prologue passé, c’est avec un petit tour dans le menu des armes, équipements et autres compétences que nous poursuivons notre découverte de cette version test. Là aussi aucun doute, c’est bien de l’univers de Kratos dont il s’agit. La présentation du menu de personnalisation ressemble à celle à laquelle nous avaient habitués les précédents épisodes, et quoique légèrement confuse à prime abord et présentant une multitude d’objets dont il faut étudier attentivement les caractéristiques, on finit par rapidement retrouver ses marques. Vu qu’il s’agit d’une beta, on ne sera pas trop difficiles et exigeants à ce niveau, mais espérons toutefois que la lisibilité du menu sera améliorée avec la version finale du soft. Après avoir fait le tour des options et pris connaissance des items qui pourront être débloqués plus tard, nous nous lançons pour la première fois dans l’arène, quasiment nu et sans défenses…

Mode of War

20300005_copy

A mort titan !

Deux modes de jeu s’offrent à nous, le premier mettant en scène quatre guerriers et le second le double. Alors que le premier est un mode du type « chacun pour soi » qui prend place dans une arène fermée faisant référence à une scène ou nous affrontions un des boss dans GoW III, le deuxième oppose quand à lui deux équipes de quatre joueurs chacune et se déroule dans un niveau plus grand et plus ouvert. C’est par celui-ci que nous décidons de commencer. Le décor, nommé le Désert des âmes perdues, compte deux étages et a comme toile de fond le Titan Polyphème. Lâché dans ce milieu hostile, le but sera de récolter un maximum de points jusqu’à en atteindre le nombre requis pour remporter la partie. C’est du classique pour du multi mais reconnaissez qu’il aurait été difficile d’innover à ce niveau… Les points, appelés Faveur des Dieux, se gagnent de différentes façons et la principale consiste, comme vous pouvez certainement vous en douter, à exécuter ses adversaires de la façon la plus brutale possible, ceci afin de récolter des bonus en prime. D’autres possibilités plus « soft » sont également offertes mais étant donné qu’elles rapportent sensiblement moins de points, c’est sur les combats que la plupart des joueurs se concentrent. Première constatation, les affrontements sont très nerveux et le fait d’avoir une barre de vie relativement petite les rend particulièrement tendus, la moindre erreur de notre part pouvant rapidement nous être fatale. Il est en effet très fréquent d’être sauvagement assassiné suite à une parade mal placée et de se voir ressuscité dans un coin opposé du niveau, perdant ainsi un temps précieux à devoir le retraverser. Le nombre de vies étant illimité, il est possible de reprendre la partie autant de fois qu’on le désire. Espérons cependant que la version finale proposera une option permettant d’éliminer les joueurs ayant vu un peu trop souvent la lumière blanche, histoire de rendre les dernières secondes du match des plus intenses en ne gardant que les guerriers les plus aguerris. Autre constatation, si la plupart du temps les combats se disputent à un, voir deux contre un dans différents endroits du niveau, il n’est pas rare de voir un grand nombre de combattants s’entasser dans une même zone, rendant l’action à l’écran aussi confuse que difficilement jouable. C’est le genre de cas que l’on risque de retrouver lorsque la Lance de l’Olympe, arme particulièrement puissante, fait son apparition en cours de partie et que tous les joueurs s’amoncellent autour pour tenter de s’en emparer. Ceci dit, espérons que la version finale limitera le nombre de participants à huit ou alors proposera des niveaux de jeu plus étendus.

Le second mode testé est celui mettant en scène quatre guerriers et prenant ses quartiers dans une arène nommée le Forum d’Hercule. Ici, nous retrouvons le même système de points que dans l’autre formule mais la différence vient du fait qu’au lieu de couronner toute une équipe, un seul joueur se verra déclaré vainqueur. Sensiblement plus technique, ce mode mettra votre maîtrise du combat au corps à corps à l’épreuve. Le niveau ne proposant pas de cachettes ou d’échappatoires, lorsque votre barre d’énergie est presque vide vous vous sentez telle une pauvre brebis égarée au milieu d’une horde de loups affamés, essuyant alors les foudres des autres joueurs prêts à tout pour vous achever sauvagement. Assez stressant comme genre de situation. Parfois, Hercule, qui assiste au spectacle en tant que simple spectateur, trouvera drôle de pimenter un peu la bataille en envoyant des salves de flèches sur la zone de combat, ou encore en plongeant de tout son corps dans l’arène, créant ainsi une onde de choc qu’il faudra éviter en sautant par-dessus. A défaut d’apporter un réel plus à l’action, ces petites interventions ont au moins l’avantage de venir casser la monotonie des combats.

Ces deux modes offrent des approches et sensations de jeu différentes mais s’avèrent tout aussi fun à jouer l’un que l’autre. De longues heures de jeu sont donc à prévoir.

En résumé

La série des God of War a jusqu’à présent suivi un parcours sans faute. En voulant proposer quelque chose de nouveau à cette franchise qui n’a plus rien à prouver est un gros risque que le Studio de Santa Monica a décidé de prendre, et c’est tout à leur honneur. Nul doute que si ce virage est négocié correctement, ce qui semble être bien parti au vu de ce à quoi nous avons pu nous essayer, Kratos aura sans conteste sa place parmi les plus grands. C’est donc avec énormément d’impatience que nous attendons de voir ce que donnera la version finale de cette nouvelle bombe qui sera larguée sur nos contrées en mars prochain.

Maurizio Nese

[Show as slideshow] gowa_2d_packshot_engpegi 20954sp04_sm 20951sp03 20950sp02_sm 20948sp01_sm 20442sp_007 20300005_copy 20441e3_022_copy 20297001_copy

Image de prévisualisation YouTube


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Repostit 4633 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte