Magazine Culture

Ska, rocksteady, mento, dub ... un héritage musical oublié?

Publié le 30 décembre 2012 par Davibejamaica
La Jamaïque est le berceau de nombreux genres musicaux mondialement reconnus : le mento, le ska, le rocksteady, le dub, le reggae et le dancehall. Cela aurait dû être une position enviable pour l'industrie musicale de n'importe quel pays. La Jamaïque serait-elle passée à côté de cet avantage ?

Ska, rocksteady, mento, dub ... un héritage musical oublié?

Contrairement à l'industrie musicale américaine, qui maintient son capital musical vivant via les médias et les remises de prix les plus prestigieux, la Jamaïque ,elle, a tendance à se focaliser sur le dancehall et le reggae, laissant de côté les autres musiques populaires de l'île. Selon l'artiste Chronixx, dont le talent n'est pas passé inaperçu lors du Sting cette semaine, les différents genres musicaux populaires jamaïcains n'ont pas entièrement disparu puisqu'on les retrouve dans le reggae et le dancehall. 

"La différence entre la musique jamaïcaine et les autres, c'est qu'il y a une évolution. Quand vous regardez le mento et sa dynamique, vous verrez que certains de ses éléments apparaissent dans le genre actuel. Si vous décomposez la musique d'un point de vue technique, vous entendrez tous les éléments de nos différents genres. Le ska n'est pas mort, vous avez de nouveaux artistes comme Omi qui vient de publier une nouvelle chanson intitulée Cheerleader sur un rythme ska. Je pense que nous devons être plus conscients de la richesse de nos anciens genres musicaux, mais je ne pense pas qu'ils soient morts", déclare Chronixx.

Ska, rocksteady, mento, dub ... un héritage musical oublié?
L'artiste souligne également que le marché de la musique américaine s'est beaucoup inspiré de la musique jamaïcaine. "Nous voyons les étrangers qui essaient d'être comme nous, et nous d'être comme eux. Nous avons des poètes dub ici et personne ne faisait attention à eux. C'est comme si on arrosait les branches et pas les racines. Si vous écoutez la radio, il n'y a que de la musique américaine, nous n'avons pas le temps de jouer nos Jolly Boys, et quand ils passent autre chose, vous n'entendez pas Dennis Brown ou Peter Tosh." 

Historien dans le domaine musical et personnage médiatique, Roy Black explique quant à lui que les "anciens genres musicaux" sont joués que lors de la saison des festivals, le reggae et le dancehall apparaissant au premier plan pusique plus actuels. "Les jeunes gens sont influencés par la musique la plus populaire, et les médias créent cette demande. Les médias ont tendance à promouvoir ce qui rapporte de l'argent et non ce qui est original.Certains jeunes qui ont grandi avec leurs grands-parents qui jouaient du ska apprécieraient la musique traditionnelle. Mais ceux qui grandissent dans une atmosphère principalement reggae dancehall ne comprendraient pas", déclare Roy. 

Pour Stranger Cole, artiste légendaire (ska-rocksteady), le marché du ska connaît un franc succès à l'étranger, mais malheureusement plus dans sa Jamaïque natale. "L'expérience de ma carrière à ce jour est le plus beau des moments, c'est très bien pour un artiste jamaîcain.J'ai fait le tour des choses ces huit dernières années, je suis allé un peu partout dans le monde et le marché du ska est énorme. On m'a dit qu'il y a plus de 200 groupes de ska en Europe, mais en Jamaïque il y en a seulement deux...Parfois quand je suis en Jamaïque je suis découragé...".

Ska, rocksteady, mento, dub ... un héritage musical oublié?

Et concernant les stations de radio, Stranger Cole n'est pas plus rassuré... "J'ai l'impression qu'ils placent la musique jamaïcaine au dernier plan, je fais encore des nouvelles chansons aujourd'hui et vous n'en entendez pas une seule à la radio. Si vous allez dans des endroits comme l'Allemagne les gens réagissent à mes chansons dès que je me mets à chanter. Nous devrions avoir des programmes réguliers à la radio pour les artistes "vintage", et pas seulement le dimanche une petite heure. Jouez notre nouvelle musique aussi ! J'ai des nouvelles chansons qui ne passent pas ici. Alors qu'est-ce que je fais, je grave des copies et les vends en Europe? Il devrait y avoir une suite, et une reconnaissance pour le ska et les autres genres."



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Davibejamaica 68042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines