Magazine Culture

Quitte ou double

Publié le 30 décembre 2012 par Sukie

Je voulais casser des briques avec ma tête. La rage était mordante. J’avais envie de tout piétiner, hurler à la mort, m’étouffer avec des sushis périmés et mourir dans mon vomi. C’était ma fin du monde. Elle allait durer au moins six mois. J’ai rien senti venir. C’était une journée à la cool, mini bain de foule, sans chichi. Les soldes avaient commencé. Londres à cette période, c’est un peu Deauville en été, c’est infesté de Parisiens.

La première chose qu’elle m’a demandé c’est:
- Vous faites quoi dans la vie?
J’aurais dû dire avocate ou fonctionnaire. Mieux, juge d’instruction. Peut-être qu’elle aurait moins pris ses aises. J’ai échoué à la question:
- Sur une échelle de 1 à 10, où se situe votre désir d’innover?
J’ai dit 5. Je hais le chiffre 5. Le chiffre 5 est mortel. Il porte la poisse.
Je me suis assise, je les ai regardés tomber. J’ai écarquillé les yeux.
Je me souviens lui avoir dit:
- I trust you.
Les parents devaient dire à leurs enfants: ne fais jamais confiance la première fois. Une première fois, c’est risqué.
Elle m’a demandé ce qui m’amenait. J’ai répondu:
- J’ai vu de la lumière, alors je suis entrée.
Elle a ri. Elle s’est tournée vers son assistante et là j’ai flippé, parce qu’elle a sorti quelque chose du genre:
- J’aime bien cette chanson. Quand j’entends cette chanson j’imagine William faire la danse du pigeon.
J’ai su que j’étais foutue. On ne me parle pas comme ça de pigeon sans me faire paniquer.
Et puis elle a sous-entendu que les sushis étaient meilleurs à Paris. Tout devenait surréaliste.
Ca a duré une éternité.  La fin du monde, un samedi soir dans une ruelle de Soho.
Ma vue s’est brouillée, j’étais dans un mauvais film, avec des lumières dégueus et des gens avec des sourires de clowns qui font peur. C’était fini. J’ai regardé dans le miroir.
Elle:
- Voilà la Crystal touch.
J’ai dit à Crystal:
- Merci, c’est génial.
Crystal est directrice artistique. Moi je crois que je pourrais être. Foutue pour commencer 2013.
On est sorti. Il a dit:
- T’es joli.
Qu’est ce qui est pire les filles, un mec qui ne remarque pas que vous avez une nouvelle coupe de cheveux ou un mec qui trouve que votre horrible coupe vous va si bien (sous-entendant qu’il a des goûts de chiotte ou qu’il vous aime trop pour vous faire de la peine).
No big deal nous disent les hommes? Ils ne comprennent pas pourquoi pour changer de vie, on doit changer de coupe? Parce que c’est comme jouer au loto. Autant tirer le gros lot peut nous rendre totalement euphorique et nous donner des ailes, autant se  tromper de coiffeur peut nous faire tomber en dépression.

J+2. Je suis rentrée. J’ai pris les ciseaux. J’ai taillé. Merde quoi, elle m’avait fait une coupe à la Jem!

Quitte ou double


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sukie 1316 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine